Quatrain sur la vertu de la patience

Description

Ce fragment de calligraphie comprend un a rubaï (quatrain en pentamètre iambique) sur le besoin d'endurance. Les versets indiquent : « Je suis allé chez le docteur pour ma forte peine / (Et) je lui ai demandé ce qu'il pouvait faire pour ma maladie d'amour / Il m'a prescrit une boisson de sang de foie et d'eau des yeux / Je lui ai dit : "Quel genre d'aliment (est-ce) ?" et il m'a répondu : "Vous devez manger du foie." » Le médecin recommande à son patient malade d'amour de jigar khwurdan (endurer, littéralement « manger du foie ») les peines d'amour, car il n'y a pas de remède pour les guérir. Ces versets sont écrits en diagonale en écriture nastaliq à l'encre blanche sur un papier marron clair. Le calligraphe, Muhammad Muhsin, raqamahu (a signé son œuvre, littéralement « l'a écrite »), dans le coin inférieur gauche. Au verso de ce fragment apparait une note ultérieure en anglais attribuant l'œuvre à Muhammad Muhsin Lahori. Il peut être identifié comme le Lahori ayant fait partie d'un groupe de calligraphes actifs à Lahore durant le XVIIIe siècle et qui comprenait Abdallah Lahori et Muhammad Zahir Lahori. Après la mort d'Aurangzeb (1618-1707), le pouvoir moghol fut décentralisé et le mécénat royal de la calligraphie connut son déclin. De nouveaux styles apparurent dans des villes dont Lucknow, Hyderabad et Lahore, où les calligraphes actifs en écriture nastaliq, y compris Muhammad Muhsin Lahori, recherchèrent le mécénat de souverains locaux.

Dernière mise à jour : 24 décembre 2013