Versets poétiques de recommandations

Description

Ce fragment mince est très endommagé par des trous causés par des vers. Il fut collé sur une feuille plus grande à des fins de préservation. Rédigé en écriture nastaliq noire tendant vers le chikasta, le texte commence par un rubaï (quatrain iambique), se poursuit avec deux tak bayt (versets simples) et se termine par un ghazal (poème lyrique) avec le son de fin en rime sati. Les versets sont séparés par des lignes diagonales à l'encre rouge et le terme aydan (aussi) en haut de la colonne de gauche commence le ghazal. Ces divers versets poétiques recommandent au lecteur d'avoir confiance en Dieu ; ils avertissent aussi de la futilité des biens matériels. Bien que ce fragment ne soit ni daté ni signé, l'écriture et la fragilité du papier laissent penser qu'il fut exécuté en Iran ou en Inde durant les XVIIe-XVIIIe siècles. Les papiers utilisés ultérieurement étaient plus épais et plus résistants aux dommages causés par les vers. Une note au recto du fragment attribue l'échantillon de calligraphie au calligraphe persan Abd al-Baqi (mort en 926 après l'Hégire/1518 après J.-C.). Il était originaire de la ville désertique Yazd, descendant du célèbre saint mystique Shah Nimatullah Vali (mort en 832 après l'Hégire/1429 après J.-C.), ministre du roi persan Shah Ismaël Ier (mort en 930 après l'Hégire/1525 après J.-C.) et calligraphe réputé en écriture taliq. Cependant, il parait improbable que le fragment soit d'Abd al-Baqi ou qu'il ait même été exécuté du temps où il était actif.

Dernière mise à jour : 6 avril 2016