« Goulistan » de Sadi

Description

Ce fragment comprend le début de Goulistan de Sadi (Le jardin des roses) au recto, ainsi que la dernière page de l'œuvre au verso. La première page comprend le titre de l'œuvre à l'encre blanche sur un fond bleu décoré de spirales de feuilles orange. Le reste du panneau supérieur enluminé contient des fleurs entrelacées et des panneaux dorés sur un fond bleu. Œuvre didactique en prose et en vers, Goulistan fut écrite en 1258 par le poète et prosateur persan Cheikh Sadi Shirazi (1213–1292 env.), contemporain du célèbre poète Jalal al-Din Rumi (1207-1273). Elle contient des histoires moralisatrices comportant des ressemblances avec les fables de Jean de La Fontaine (1621-1695). Sur le territoire persan, les maximes de Sadi étaient très estimées et les manuscrits de son œuvre étaient largement copiés et illustrés. Sadi fait remarquer qu'il a écrit Goulistan pour enseigner les règles de conduite et vie aux rois et aux derviches. L'œuvre fut utilisée comme support d'enseignement et de commentaire, comme en témoignent par les nombreuses gloses et notes exécutées à l'encre rouge ou noire et recoupées par une note correspondante dans le texte d'origine. Quelques notes à l'encre rouge dans le cadre de texte principal développent aussi certains des termes ou expressions. Par exemple, la première ligne louant Dieu comporte une petite note en rouge au-dessus précisant que Dieu est Sahib (seigneur) et Malik (roi). Le texte principal est écrit en cursive persane appelée nastaliq. Il est disposé en trois colonnes, dont deux écrites horizontalement et la troisième en diagonale. En haut et en bas de la troisième colonne rédigée en diagonale apparaissent des éléments de coin (pièces de pouce) décorés de vigne or avec un bourgeon orange. Ce motif est destiné à remplir l'espace triangulaire laissé vierge par l'intersection des registres diagonaux et verticaux. Tout au bas du cadre de texte apparait une empreinte de seau carrée à peine lisible. Le verso de ce fragment comporte la dernière page de Goulistan. À la fin de son œuvre, Sadi déclare : « Lecteur ! Pour celui qui a écrit ce livre, demandez la grâce ; / Et accordez aussi au copieur une place dans vos prières ; / Ensuite pour vous-même, priez ce vous souhaitez ; / Enfin, prononcez une bénédiction pour le propriétaire. / Avec l'aide du Roi bienveillant, / Nous mettons fin à cette œuvre. »

Dernière mise à jour : 24 décembre 2013