Traduction perse par Balami de « Tarikh » d'al-Tabari

Description

Ce fragment contient les pages de début de l'encyclopédie historique Ta'rikh al-Rusul wa-al-Muluk (Histoire des prophètes et des rois), composée en arabe par le célèbre historien al-Tabari (223–310 après l'Hégire env./838–923 après J.-C. env.), plus tard abrégée et traduite en perse en 963 par l'écrivain Balami. Le verso de ce fragment continue les deux premières pages et comprend une note ultérieure identifiant l'œuvre en tant que tawarikh-i Tabari-yi farsi (Histoires de Tabari en langue perse). L'œuvre comprend une histoire des rois et des dynasties de la période pré-islamique à la prophétie de Mahomet, ainsi qu'une histoire des premiers temps de l'islam. Les deux premières pages de texte au recto du fragment comprennent un long éloge de Dieu, de son pouvoir et de ses créations. Ceci est suivi par une louange en arabe du mécène de l'auteur, le souverain samanide du Khorassan et de la Transoxiane, al-Mansur b. Nuh b. Ahmad b. Isma'il, pour qui Balami a traduit l'œuvre en perse. L'auteur déclare à la fin de sa préface que « nous avons transcrit dans cette œuvre l'histoire du monde, tout ce qui est dit sur les astronomes et ce qui est dit sur les zoroastriens, les chrétiens et les juifs. » La troisième section, qui commence en bas à gauche du recto et se poursuit sur le côté droit du verso du fragment, glorifie le pouvoir de création de Dieu en citant de nombreux versets du Coran distingués à l'encre rouge. La page de droite contient la suite de l'éloge des pouvoirs de création de Dieu, parsemé de prières en arabe distinguées à l'encre rouge, suivi de la troisième section de l'œuvre qui aborde les diverses opinions des scientifiques sur la durée du monde. Dans cette section, la durée de l'existence du monde depuis l'époque d'Adam jusqu'au Jour de la Résurrection est calculée selon diverses opinions, y compris celles d'Aristote et d'Hippocrate. Balami note que certains érudits croient que la durée du monde est de 7 000 ans. La page de gauche comprend des notes d'un lecteur a posteriori. Dans la partie supérieure apparaît un ex-libris mentionnant que le livre a appartenu à un certain Muhammad [...] 'Abd Khawajaga, qui a daté ses notes de 1214 après l'Hégire/1799–1800 après J.-C. Malheureusement, le nom du précédent propriétaire du livre et la date ont été ultérieurement maculés. Du fait que ce fragment comporte l'introduction de Balami, et qu'il marque donc le début du manuscrit, le texte est encadré des deux côtés par une bordure enluminée. Les cadres sont décorés de fleurs dorées avec des points bleus sur un fond or pur. Sur les cadres horizontaux du haut et du bas apparaissent des louanges à Dieu, à Mahomet, à la famille et aux compagnons de Mahomet, exécutées à l'encre blanche et encadrées de panneaux bleus décorés de fleurs dorées. Le texte principal est à l'encre noire et en une ancienne écriture persane naskh (cursive) typique des œuvres produites durant le règne ilkhanide (1256-1353) en Iran.

Dernière mise à jour : 24 décembre 2013