L'évanouissement de Leila et Majnoun du « Khamseh » de Nizami

Description

Ce feuillet dépeint un passage célèbre de l'histoire tragique de Leila et Majnoun décrite dans le troisième livre du Khamseh (Quintette) de Nizami Ganjavi. Séparés de force par l'animosité réciproque de leurs tribus respectives, des mariages forcés et des années d'exil dans des régions sauvages, les deux amants infortunés se retrouvent pour la dernière fois avant qu'ils ne meurent tous deux, grâce à l'intervention d'un messager âgé de Majnoun. En se revoyant dans une palmeraie à l'extérieur du camp de Leila, ils s'évanouissent de douleur et de passion extrême. Le messager essaie de ranimer les amants alors que les animaux sauvages protecteurs de Majnoun (« roi des régions sauvages ») attaquent les intrus indésirables. Les deux tentes au centre sur fond de ciel nocturne donnent une indication du lieu et de l'heure de l'histoire. Le style de composition et les teintes sont typiques des peintures réalisées dans la ville de Chiraz durant la seconde moitié du XVIe siècle. Beaucoup de manuscrits de cette époque étaient produits pour le marché local et l'exportation internationale, plutôt que sur commande royale. La peinture semble avoir été exécutée au même moment que le texte qui a survécu au verso. Neuf autres feuillets du même manuscrit, pour la plupart de début et de fin de divers livres du Khamseh sont conservés à la Bibliothèque du Congrès. Le texte est en écriture nastaliq, sur quatre colonnes par page, chacune de 20 lignes.

Dernière mise à jour : 24 décembre 2013