Colophon de « Chèref Nameh » de Nizami et page de titre de « Iqbal Nameh » de Nizami

Description

Ce feuillet contient les dernières lignes et le colophon de Chèref Nameh (Le livre de l'honneur), la première partie du cinquième livre de Nizami Ganjavi Khamseh (Quintette) intitulé Iskander Nameh (Le livre d'Alexandre le Grand). Au verso du feuillet apparait le début de la seconde partie d'Iskander Nameh appelée Iqbal Nameh (Le livre du progrès), disposé sur une page de titre enluminée contenant un en-tête à l'encre blanche : Kitab Iqbalnamah-yi Cheikh Nizami, 'alayhi al-rahmah wa-al-maghfarah (Le livre du progrès de Nizami, que Dieu lui fasse miséricorde et le pardonne). L'en-tête est sur un fond bleu décoré de vignes concentriques de fleurs rouges et jaunes. Tout autour de l'en-tête et de la surface écrite apparaissent des bandes de décoration enluminée sur un fond soit or, soit bleu. Écrit durant les dernières décennies du XIIe siècle, le Khamseh consiste en cinq livres écrits en distiques en rimes. Iskander Nameh de Nizami relate les faits d'armes héroïques, les batailles et le voyage en Chine et en Gog et Magog au bout du monde d'Alexandre le Grand. Il est librement basé sur le récit épique des actes d'Alexandre tels qu'ils furent racontés par Ferdowsî (940-1020) dans son Shah Nameh (Le livre des rois). Celui-ci puisa vraisemblablement son inspiration de l'histoire d'Alexandre le Grand écrite par son biographe officiel, Callisthène d'Olynthe (370-327 avant J.-C. env.). Les dernières lignes de Chèref Nameh au recto de ce feuillet sont exécutées en format page tapis, c'est-à-dire en lignes horizontales et diagonales alternées avec une décoration enluminée dans les espaces triangulaires ou rectangulaires restants. Tout en bas du feuillet apparait le colophon de l'œuvre en forme de triangle, déclarant que le livre Chèref Nameh-yi Iskandari de Nizami a été achevé par la grâce de Dieu. Malheureusement, il ne donne ni la date d'achèvement du livre, ni le nom du calligraphe. La disposition du texte et l'écriture nastaliq sont typiques des manuscrits réalisés à Chiraz durant la seconde moitié du XVIe siècle. Beaucoup de manuscrits persans séfévides de cette époque étaient produits pour le marché local et l'exportation internationale, plutôt que sur commande royale. Neuf autres feuillets du même manuscrit, pour la plupart des feuillets de début et de fin de divers livres du Khamseh ainsi qu'une peinture de l'histoire de Majnoun et Leila, sont conservés à la Bibliothèque du Congrès.

Dernière mise à jour : 24 décembre 2013