Mademoiselle Jiuliancheng et le soldat russe (Kyûrenjô no heiki)

Description

La guerre russo-japonaise (1904-1905) fut documentée sur de nombreux supports, tels que des estampes, des photographies et des illustrations. Les victoires de l'armée japonaise au début de la guerre inspirèrent les œuvres de propagande d'artistes japonais. Kobayashi Kiyochika (1847-1915) dessina ce feuillet satirique de la série Nihon banzai hyakusen hyakushō (Vive le Japon : 100 victoires, 100 rires). Kiyochika, connu pour ses estampes utilisant des techniques de peinture occidentales, fut brièvement sous la tutelle de Charles Wirgman (1832-1891), caricaturiste anglais pour le magazine Illustrated London News. Kiyochika devint également caricaturiste politique à temps plein pour un magazine japonais de 1882 à 1893. L'écrivain satirique Honekawa Dojin (pseudonyme de Nishimori Takeki, 1862-1913) accompagnait chaque illustration d'une description humoristique. Cette gravure représente l'armée russe battant en retraite et abandonnant Kuren Jyō (Mademoiselle Jiuliancheng) dès la mise à feu des canons de l'armée japonaise pendant la bataille de la rivière Yalu. Cette confrontation fut l'une des premières indications de la capacité du Japon à se battre sur un pied d'égalité avec la Russie.

Dernière mise à jour : 30 novembre 2016