Kouropatkine en tant que crieur public

Description

La guerre russo-japonaise (1904-1905) fut documentée sur de nombreux supports, tels que des estampes, des photographies et des illustrations. Les victoires de l'armée japonaise au début de la guerre inspirèrent les œuvres de propagande d'artistes japonais. Kobayashi Kiyochika (1847-1915) dessina ce feuillet satirique de la série Nihon banzai hyakusen hyakushō (Vive le Japon : 100 victoires, 100 rires). Kiyochika, connu pour ses estampes utilisant des techniques de peinture occidentales, fut brièvement sous la tutelle de Charles Wirgman (1832-1891), caricaturiste anglais pour le magazine Illustrated London News. Kiyochika devint également caricaturiste politique à temps plein pour un magazine japonais de 1882 à 1893. L'écrivain satirique Honekawa Dojin (pseudonyme de Nishimori Takeki, 1862-1913) accompagnait chaque illustration d'une description humoristique. Le texte de cette estampe plaisante sur l'association des suppléments du journal japonais aux victoires de bataille, mais en Russie on les appelle les suppléments d'ōmake (lourde perte), non en termes de prix mais dans la bataille. Un homme (sans doute le général Alexeï Nikolaïevitch Kouropatkine, ministre de la Guerre de l'Empire russe) porte un costume et des skis, et crie les nouvelles du front de guerre en passant à côté d'un couple bien habillé. Lorsque la dame demande à son mari pourquoi les Russes sont si faibles, il lui répond que leur talent est d'être orgueilleux, et non d'accepter la défaite.

Dernière mise à jour : 2 mars 2012