Le maistre d'armes, ou l'Exercice de l'épée seule, dans sa perfection

Description

Les premiers essais de codification de l’escrime sont dus aux Italiens de la Renaissance qui influencèrent les ouvrages postérieurs français. Parmi eux, le Traicté contenant les secrets du premier livre sur l’espée seul, écrit en 1573, par le provençal Henri de Saint-Didier et L'académie de l’épée, écrit en 1628, par Girard Thibault d’Anvers. Le maistre d'armes, ou l'Exercice de l'épée seule, dans sa perfection s’inscrit dans cette tradition. André Wernesson, sieur de Liancour (mort en 1732), publia en 1692 son ouvrage qui demeura le traité de référence en matière de petite épée durant la majeure partie du siècle suivant. Les planches de l’œuvre mettent en scène au premier plan les principales techniques de l’escrime représentées dans différents paysages, tantôt bucoliques, tantôt plus sombres. Elles représentent, par exemple, des forteresses assiégées, des batailles navales et des villages incendiés qui rappellent que l’Europe était en guerre et que le maniement de l’épée n’était pas un talent réservé aux seuls duels.

Date de création

Date du sujet

Informations d'édition

Daniel de la Feuille, Paris et Amsterdam

Titre dans la langue d'origine

Le Maistre d'armes, ou l'Exercice de l'épée seule, dans sa perfection

Lieu

Mots-clés supplémentaires

Type d'élément

Description matérielle

47 pages

Initiative IIIF pour l’interopérabilité des images Aide

Dernière mise à jour : 8 novembre 2011