Période de Heian, légende du rossignol dans le prunier

Description

Le terme ukiyo-e, littéralement « images du monde flottant », se rapporte à un genre d'illustrations japonaises très en vogue au cours de la période Edo (1600–1868). Comme le suggèrent les mots « monde flottant », qui prennent racine dans la vision du monde éphémère du bouddhisme, l'ukiyo-e capturait la dynamique changeante de la vie urbaine de l'époque. Bien qu'elles soient accessibles et satisfassent des goûts « communs », ces impressions présentent des détails artistiques et techniques remarquablement sophistiqués, avec des sujets allant des portraits de courtisanes et d'acteurs à la littérature classique. Cette estampe de Kitao Shigemasa (1739–1820) illustre une légende du XIe siècle tirée d'Ōkagami (le grand miroir). L'histoire commence alors que l'empereur pleure la mort d'un prunier dans son jardin, où un rossignol avait l'habitude de venir chanter pour annoncer la venue du printemps. Un membre de la cour découvre un arbre magnifique à côté d'une maison, et négocie avec sa propriétaire afin de pouvoir le transporter dans le jardin de l'empereur. Au moment du départ de l'arbre, sa propriétaire attache dans ses branches un poème parlant de la peine d'un rossignol ayant perdu son logis. Surpris par le talent de l'auteur, l'empereur découvre que la propriétaire de l'arbre est la fille d'un grand poète du Xe siècle : Ki no Tsurayuki. Le membre de la cour a sans le savoir déraciné un précieux souvenir de son père. Par la suite, l'arbre sera conservé précieusement et deviendra l'Ōshukubai (le prunier dans lequel réside le rossignol).

Dernière mise à jour : 18 septembre 2015