Commentaire sur « Les petites étincelles dans la science du calcul »

Description

Le système de fara'i (parts) pour le calcul des successions est considéré comme étant l'une des innovations les plus avancées introduites par les conquérants musulmans dans les sociétés du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord. Le calcul exact des parts d'héritage est un sujet complexe de la loi islamique, et il n'est pas surprenant que les scientifiques et les intellectuels musulmans aient conçu des outils mathématiques pour maîtriser « la science des parts » ('ilm al-fara'i). L'ouvrage d'Aḥmad ibn Muḥammad Ibn al-Hā'im, qui aborda les implications mathématiques du calcul des parts d'héritage dans son traité Al-Luma' al-yasīra fī 'ilm al-ḥisāb (Les petites étincelles dans la science du calcul) du XIVe siècle, contribue de façon significative à ce domaine. Le manuscrit présenté ici témoigne de la pertinence de ce traité au cours des siècles, car il préserve un commentaire datant du XVIe siècle sur l'ouvrage d'Ibn al-Hā'im, par le mathématicien égyptien, connu sous le nom de Sibṭ al-Māridīnī, qui occupait la fonction de muwaqqit (grand horloger) à la mosquée al-Azhar du Caire. Le sujet de l'ouvrage d'Ibn al-Hā'im, et par conséquent du présent commentaire, ne se limite pas aux problèmes d'héritage. Il inclut également de grands passages sur les chiffres et un examen approfondi des opérations de multiplication et de division.

Dernière mise à jour : 4 janvier 2016