Le scintillement d'al-Māridinī dans l'explication du traité d'al-Yāsamīn

Description

Le manuscrit présenté ici préserve une copie très soignée d'un ouvrage sur les mathématiques et d'autres sujets connexes de l'un des auteurs les plus prolifiques de la seconde moitié du XVe siècle, Badr al-Dīn Muḥammad ibn Muḥammad ibn al-Ġazal, plus connu sous le nom de Sibṭ al-Māridīnī (« le fils de la fille d'al-Māridīnī ») qui vient de son célèbre ancêtre maternel, également mathématicien. Le Lum'a al-Māridīnīyya est un commentaire approfondi en prose sur un fameux poème traitant d'algèbre et composé par le mathématicien maghrébin al-Yāsamīn, vers la dernière décennie du XIIe siècle. Dans cet exemplaire, les vers poétiques sont écrits à l'encre rouge. Cette particularité permet au lecteur de distinguer facilement le texte du poème d'al-Yāsamīn et les commentaires. Sibṭ al-Māridīnī, qui occupait à cette époque la fonction de muwaqqit (grand horloger) à la mosquée al-Azhar du Caire, choisit un groupe de vers et analyse son contenu en détail. Le traité débute par une définition des éléments d'algèbre connus lors de cette période (nombre, racine et séquence), puis il décrit les six équations canoniques déjà identifiées par al-Ḫwārizmī au IXe siècle. Un traitement des opérations algébriques de restauration, de comparaison, et de multiplication et de division des monômes conclut le poème et son commentaire.

Dernière mise à jour : 17 septembre 2014