Le désir des étudiants pour une explication du vœu des calculateurs

Description

Ce manuscrit offre un exemple clair de la vivacité de la tradition mathématique nord-africaine au cours des dynasties musulmanes berbères qui ont gouverné l'occident islamique du XIIe siècle jusqu'à la première moitié du XVIIe siècle. Il s'agissait des Almohades (XIIe-XIIIe siècles), des Marinides (XIIIe-XVe siècles), des Wattassides (XVe-XVIe siècles) et des Saadiens (XVIe-XVIIe siècles). Alors qu'il y eut peu d'avancées scientifiques dans d'autres domaines au cours de cette période, les sciences mathématiques ont continué de se développer, comme on peut le voir à la fois à travers la création d'œuvres originales et dans les commentaires. L'auteur des travaux de ce manuscrit, Muhammad ibn Ahmad ibn Ġāzī (1437 environ – 1513), est né dans la ville de Meknès (aujourd'hui au Maroc). Ibn Ġāzī écrivit des ouvrages aussi bien dans le domaine des belles-lettres que des mathématiques. Il est connu des historiens pour une histoire en deux volumes de Meknès et a écrit un commentaire en vers sur le traité de mathématiques Talhīs ‘amal al-hisāb (L'abrégé des opérations de calcul) d'Abū ‛Abbās Ahmad Ibn al-Bannā Ibn Bannā (1256–1321). Les vers de ce commentaire, intitulé Muniyat al-Hussāb (Le vœu des calculateurs), sont au centre de ce texte et ont été écrits à l'encre rouge par le copiste. Étant donné la complexité du sujet du Muniyat, Ibn Ġāzī décida de fournir un autre commentaire en prose sur ses propres vers. Il rédigea alors le Buġiyat al-Tullāb ‘alā [Šarh] Muniyat al-Hussāb (Le désir des étudiants pour une explication du vœu des calculateurs) afin de clarifier la signification de son propre poème et d'approfondir ses commentaires concernant les travaux d'Ibn Bannā. Le contenu du supercommentaire Buġiyat al-Tullāb apparaît ici à l'encre noire.

Date de création

Date du sujet

Langue

Titre dans la langue d'origine

هذا بغية الطلاب على منية الحساب

Type d'élément

Description matérielle

115 feuilles (26 lignes), volantes : papier ; 17 x 11 centimètres

Notes

  • Papier : jaune crème, comportant des filigranes, en état moyen ; des feuilles se détachent du dos. Texte du poème à l'encre rouge et gloses en noir. Seulement quelques signes diacritiques. Notes de marges, réclames sur les rectos. Poème écrit en mètre rajaz. Des notes de marge indiquent que le manuscrit fut comparé à un autre exemplaire du même texte. Écriture nasta'liq. Reliure : carton moderne recouvert de tissu, dos en cuir.

Collection

Initiative IIIF pour l’interopérabilité des images Aide

Dernière mise à jour : 18 septembre 2015