Le meilleur de l'arithmétique

Description

Ce traité de l'art de l'arithmétique, achevé à la fin des années 1880, ouvre une brèche pour la nouvelle interaction entre la pédagogie mathématique traditionnelle et moderne en Égypte. L'utilisation de mots empruntés du français, tels que « million », ainsi que d'autres notations modernes, indiquent la connaissance des développements de l'enseignement de l'arithmétique de l'époque par l'auteur. L'ouvrage possède une introduction suivie de dix chapitres et d'une conclusion. À la suite des prières traditionnelles adressées à Dieu, au prophète Mahomet et aux vertueux avant-gardistes de l'apprentissage, le traité commence par présenter l'arithmétique en tant que science utile et rigoureuse, à la base des mathématiques, fondement des transactions mondiales et source du savoir dont dépendent de nombreuses questions de la loi islamique. Dans cette introduction, l'auteur propose une définition descriptive et opérationnelle des nombres et leurs classifications. Le chapitre 1 concerne les opérations (addition, soustraction, multiplication et division) des nombres entiers. Le chapitre 2 concerne les fractions et leurs opérations de base, d'expansion et de réduction. Le chapitre 3 concerne le cas particulier des fractions basées sur la division en 24 parties, chacune d'elle appelée qirāt (carat), qui furent apparemment largement utilisées par les coptes égyptiens ; il les appelle les fractions coptiques. Dans le chapitre 5, l'auteur parle des fractions décimales, qu'il présente comme étant largement utilisées en Europe. Le chapitre 6 aborde les fractions sexagésimales utilisées dans les calculs célestes, fournit des informations concernant diverses transactions utilisées en Égypte à l'époque et traite des mesures de longueur, de poids, d'échelle et des taux de change. Le chapitre 7 est dédié à l'extraction de la racine carrée et cubique, ainsi qu'aux opérations sur les radicaux. Le chapitre 8 aborde les nombres géométriques, arithmétiques et musicaux ainsi que leurs opérations. Le chapitre 9 concerne la résolution d'équations et comprend des problèmes liés au calcul du zakāt (taxe caritative) et de la division de l'héritage. Le chapitre 10 aborde la question de l'héritage plus en détail. La conclusion de l'ouvrage présente les méthodes algébriques.

Date de création

Date du sujet

Langue

Titre dans la langue d'origine

الأنتخاب فى علم الحساب

Type d'élément

Description matérielle

24 x 17 centimètres avec un bloc de texte de 10,5 x 18 centimètres de 23 lignes. 202 feuilles avec sous-titres à l'encre noire et rouge. Reliure en carton, avec certaines pages contenant des taches de gras.

Initiative IIIF pour l’interopérabilité des images Aide

Dernière mise à jour : 29 septembre 2014