Lettre, 18 juillet 1788, Mauchline, à M. John Smith, fils, libraire, Glasgow

Description

Robert Burns (1759-96) est surtout connu pour ses poèmes et chansons qui illustrent le patrimoine culturel de l'Écosse. Né à Alloway, Ayrshire, en Écosse, il est l'aîné de sept enfants issus de William Burnes, métayer, et de sa femme Agnès Broun. Burns a reçu peu d'éducation formelle, mais a lu la littérature anglaise et a absorbé les contes et chansons folkloriques traditionnels de son environnement rural, en grande partie en langue orale écossaise. Il se mit à composer des chansons en 1774, et publia son premier recueil, Poems (Poèmes), principalement en dialecte écossais, en 1786. Cette œuvre fut un succès critique, et ses poèmes tant en écossais qu'en anglais, sur des sujets variés, valurent à Burns un large public. Tout en bâtissant sa réputation littéraire, Burns travaillait en tant que fermier, et passa les 12 dernières années de sa vie à collecter et à éditer des chansons folkloriques traditionnelles écossaises pour des collections notamment Le Musée Musical écossais et une Collection choisie de chansons folkloriques originales écossaises [sic]. Burns contribua par des centaines de chansons écossaises à ces anthologies, parfois en réécrivant les paroles traditionnelles et en les mettant en musique nouvelle ou révisée. Le printemps et le début de l'été 1788 virent beaucoup de transitions importantes dans sa vie. Après avoir quitté Édimbourg pour Mauchline, Burns épousa Jean Armour, prit un bail sur la ferme à Ellisland, et fut nommé agent d'accise à Ellisland. Il n'est guère surprenant qu'il ait également tenté d'obtenir le paiement d'arriérés de dettes qui lui étaient dus, ainsi qu'il ressort de cette lettre sollicitant un règlement pour ses livres comptables. Burns se réfère aux neuf exemplaires envoyés de Kilmarnock, et mentionne que "je serai moi-même à Glasgow dans un mois ou deux". Comme Burns n'a pas reçu de réponse à cette lettre, il a écrit une lettre de rappel au même libraire cinq mois plus tard (voir le lien connexe à l'article "Lettre, 17 janvier 1789, Mauchline, à M. John Smith ..."). Cette correspondance infructueuse traduit la complexité et les retards pour solder les comptes, auxquels tant les souscripteurs individuels que les multiples libraires étaient confrontés.

Date de création

Date du sujet

Langue

Titre dans la langue d'origine

Letter, 1788 July 18th, Mauchline, to Mr. John Smith, Jun., Bookseller, Glasgow

Type d'élément

Description matérielle

1 feuille pliée (4 côtés) ; 18,5 x 11,5 centimètres

Initiative IIIF pour l’interopérabilité des images Aide

Dernière mise à jour : 18 septembre 2015