Lettre, mardi matin [5 Février] 1788 à Sylvander Burns, St. James Square

Description

Robert Burns (1759-96) est surtout connu pour ses poèmes et chansons qui illustrent le patrimoine culturel de l'Écosse. Né à Alloway, Ayrshire, en Écosse, il est l'aîné de sept enfants issus de William Burnes, métayer, et de sa femme Agnès Broun. Burns a reçu peu d'éducation formelle, mais a lu la littérature anglaise et a absorbé les contes et chansons folkloriques traditionnels de son environnement rural, en grande partie en langue orale écossaise. Il se mit à composer des chansons en 1774, et publia son premier recueil, Poèmes, principalement en dialecte écossais, en 1786. Cette œuvre fut un succès critique, et ses poèmes tant en écossais qu'en anglais, sur des sujets variés, valurent à Burns un large public. Tout en bâtissant sa réputation littéraire, Burns travaillait en tant que fermier, et en 1788 il fut nommé agent d'accise à Ellisland. Il passa les 12 dernières années de sa vie à collecter et à éditer des chansons folkloriques traditionnelles écossaises pour des collections notamment Le Musée musical écossais et Collection choisie de chansons folkloriques [sic] originales écossaises. Burns contribua par des centaines de chansons écossaises à ces anthologies, parfois en réécrivant les paroles traditionnelles et en les mettant en musique nouvelle ou révisée. Pendant son séjour à Édimbourg, Burns a rencontré Mme Agnes Craig M'Lehose en décembre 1787. Ce fut le coup de foudre pour tous les deux. En plus de nombreuses visites, le couple a entretenu ce qui a été qualifié de "romance ardente" par correspondance - au cours des premiers mois de 1788, ils se sont fréquemment écrit, parfois plus d'une fois par jour. Ils décidèrent tous deux d'utiliser des "noms Arcadiens" comme Burns les appelait, elle prit le nom de Clarinda, et lui de Sylvander. Le mariage s'avéra impossible, et la correspondance s'amenuisa une fois que Burns eu quitté Édimbourg. Mme M'Lehose prêta plus tard les lettres de Burns à John Findley, qui prétendait écrire une biographie du poète (la biographie ne semble pas avoir été jamais écrite). Certaines lettres ont été publiées sans son autorisation en 1802, et les éditions publiées de leur correspondance précisent que certaines lettres avaient disparu ou avaient été omises. Dans cette lettre inédite, récemment récupérée, Clarinda écrit : "... Je ressens une sensation si exquise, si sereine, qui me laisse presque espérer que le ciel lui-même approuve notre union." Cette lettre avait brièvement fait surface en 1928, avant de disparaître à nouveau des connaissances érudites durant près de 80 ans.

Date de création

Date du sujet

Langue

Titre dans la langue d'origine

Letter, 1788 Tuesday forenoon [5 February] to Sylvander Burns, St. James Square

Type d'élément

Description matérielle

1 article (4 côtés) ; 23,7 x 19,9 centimètres

Initiative IIIF pour l’interopérabilité des images Aide

Dernière mise à jour : 18 septembre 2015