Lettre, 1792 février ?, Dumfries à John McMurdo, Drumlanrig

Description

Robert Burns (1759-96) est surtout connu pour ses poèmes et chansons qui illustrent le patrimoine culturel de l'Écosse. Né à Alloway, Ayrshire, en Écosse, il est l'aîné de sept enfants issus de William Burnes, métayer, et de sa femme Agnès Broun. Burns a reçu peu d'éducation formelle, mais a lu la littérature anglaise et a absorbé les contes et chansons folkloriques traditionnels de son environnement rural, en grande partie en langue orale écossaise. Il se mit à composer des chansons en 1774, et publia son premier recueil, Poems (Poèmes), principalement en dialecte écossais, en 1786. Cette œuvre fut un succès critique, et ses poèmes tant en écossais qu'en anglais, sur des sujets variés, valurent à Burns un large public. Tout en bâtissant sa réputation littéraire, Burns travaillait en tant que fermier, et en 1788 il fut nommé agent d'accise à Ellisland. Il passa les 12 dernières années de sa vie à collecter et à éditer des chansons folkloriques traditionnelles écossaises pour des collections notamment Le Musée musical écossais et Une Collection choisie de chansons folkloriques [sic] originales écossaises. Burns contribua par des centaines de chansons écossaises à ces anthologies, parfois en réécrivant les paroles traditionnelles et en les mettant en musique nouvelle ou révisée. John McMurdo, à qui cette lettre est adressée, était le chambellan du Duc de Queensberry à Drumlanrig. Sa rencontre avec Burns date vraisemblablement de 1788, ils se sont alors liés d'amitié pour la vie - le poème de Robert Burns "Bonnie Jean", par exemple, a été écrit à propos de la plus jeune fille de McMurdo. Après le décès de Burns, McMurdo est devenu l'un des administrateurs des fonds collectés pour la veuve et les enfants de Robert Burns. La deuxième partie de cette lettre se lit comme suit : "Je pense que je vous ai déjà mentionné une collection de chansons écossaises que j'ai composées depuis quelques années. Je vous adresse une sélection de ce que j'ai recueilli... Il n'existe aucun autre exemplaire de cette collection dans le monde ... " La collection de chansons écossaises à laquelle Burns se réfère est son manuscrit de "The Merry Muses of Caledonia." Les chansons incluses dans cette collection ont été distribuées à quelques amis choisis, mais le manuscrit a disparu après la mort de Burns, peut-être retiré de ses papiers par le Dr James Currie. En 1799, une collection de chansons est parue de façon anonyme, portant le titre provisoire de cet ouvrage de Burns. L'année suivante, Currie a inclus cette lettre dans son édition des œuvres de Burns, mais a ajouté une phrase fallacieuse : "Un très petit nombre d'entre eux [les poèmes] sont de moi." (Liverpool, 1800) La phrase supplémentaire pourrait avoir été destinée à minimiser le rôle de Burns dans la production de la collection de poèmes grivois.

Dernière mise à jour : 18 septembre 2015