Le Victoria Nyanza. Les terres, les races et leurs coutumes, avec des exemples de certains des dialectes

Description

Le lac Victoria (en langue Bantue, Victoria Nyanza), est le plus grand lac d'Afrique et la deuxième plus grande masse d'eau fraîche du monde, uniquement surpassé par le lac Supérieur situé en Amérique du Nord. Le lac est traversé par l'équateur et représente la source la plus importante du Nil. Le premier européen à avoir atteint le lac fut l'explorateur britannique John Hanning Speke en 1858, qui lui donna le nom de la reine de Grande-Bretagne, Victoria. En 1890, à l'apogée de la course européenne aux colonies africaines, la Grande-Bretagne et l'Allemagne divisèrent le lac Victoria à 1° sud de latitude, avec la partie sud allouée à l'Allemagne et la partie nord à la Grande-Bretagne. Les Allemands menèrent des études scientifiques approfondies sur les rives sud du lac, à des fins stratégiques et de recherche. Cet ouvrage, une traduction anglaise d'une étude réalisée par un ancien officier des troupes impériales d'Afrique orientale allemande, Paul Kollmann, fournit des informations détaillées concernant les terres et la population vivant le long des rives du lac. La dernière section est dédiée à la grammaire, à la prononciation et au vocabulaire des langues et dialectes Karagwe (Nkole), Ussindja, Uha, Ki-Uganda et Ki-Ukerewe. Aujourd'hui, le lac Victoria est partagé par la Tanzanie, l'Ouganda et le Kenya.

Date de création

Informations d'édition

Swan Sonnenschein & Co., Ltd., Londres

Langue

Titre dans la langue d'origine

The Victoria Nyanza. The Land, the Races and their Customs, with Specimens of Some of the Dialects

Type d'élément

Description matérielle

ix, 254 pages : illustrations, portraits, cartes, carte pliée ; 24 centimètres

Initiative IIIF pour l’interopérabilité des images Aide

Dernière mise à jour : 18 septembre 2015