Trésor mexicain

Description

Le livre présenté ici est un exemplaire de l'ouvrage communément appelé le Tesoro Messicano (Trésor mexicain). Officiellement intitulé Rerum medicarum Novae Hispaniae thesaurus, seu, Plantarum animalium mineralium Mexicanorum historia (Inventaire des éléments médicaux de la Nouvelle–Espagne, ou Histoire des plantes, des animaux et des minéraux mexicains), il est également connu sous le nom « d'Esemplare Cesiano » pour ses abondantes annotations écrites de la main de Federico Cesi (1585–1630), naturaliste italien et fondateur de l'Académie des Lyncéens, à Rome. Le Tesoro est une œuvre complexe : les événements qui aboutirent à sa publication en 1651 remontent à 1570, lorsque le roi Philippe II d'Espagne nomma son médecin de la cour Francisco Hernández médecin en chef des Indes. Philippe envoya Hernández au Mexique pour étudier l'environnement naturel du Nouveau Monde, en portant une attention particulière aux applications médicales de ses plantes encore inconnues. Hernández rentra sept ans plus tard, mais son manuscrit, une vaste compilation de noms inintelligibles accompagnée de dessins de plantes et d'animaux obscurs, ne satisfit pas le roi. Philippe chargea finalement Leonardo Recchi de rédiger un texte correspondant davantage à son idée d'origine, à savoir une liste de plantes et de leurs utilisations médicales. En 1610, le manuscrit de Recchi arriva entre les mains de Cesi, qui entreprit d'achever l'ouvrage et de le faire imprimer. Cesi demanda à Johannes Faber, Fabio Colonna et Joannes Terentius de composer le commentaire et l'exégèse, et à Francesco Stelluti de compiler les index. Le volume comporte quatre privilèges d'impression datant de 1623 à 1627 : Privilegium Summi Pontificis (du pape Urbain VIII), Privilegium Imperatoris (de l'empereur du Saint Empire romain Ferdinand II), Privilegium Regis Galliae (du roi Louis XIII de France) et Privilegium Magni Ducis Etruriae (de Ferdinand II de Médicis, duc de Toscane). Il inclut également une dédicace dédiée à Philippe IV datée de 1650 et l'imprimatur de 1651. L'année 1649, qui est incorrecte, figure sur la page de titre, gravée par Johann Friedrich Greuter. Le volume imprimé est le résultat d'un assemblage assez désordonné de différentes parties imprimées à divers moments, puis réunies par Vitale Mascardi, qui utilisa les documents à sa disposition, notamment des parties imprimées du vivant de Cesi et quelques–unes produites seulement après sa mort. La première partie du Tesoro compte dix livres. Le livre I, Prolegomena (Avant–propos), explique la méthodologie adoptée par Recchi lors de son traitement du texte de Hernández. Les livres II à VIII décrivent les plantes, et le livre IX les animaux. Le livre X aborde les minéraux. Dans la seconde partie du Tesoro (pages 465–840), Johannes Faber décrit en détail les animaux du Mexique. La troisième partie (pages 841–899) contient Annotationes et Additiones (Notes et addenda), de Fabio Colonna. L'ouvrage se termine par 20 tables, appelées Tabulae Phytosophicae (Tables botaniques), produites par Cesi. Bien que Cesi n'ait pas fini la compilation des Tabulae Phytosophicae, ces tables semblent complètes dans l'exemplaire présenté ici. Les annotations de Cesi sont de brefs renvois, placés sous les titres et très souvent à proximité de figures de fleurs ou de plantes, ou des notes marginales complexes dans les bordures extérieures des pages. Ses notes identifient les plantes et, le cas échéant, proposent de nouveaux noms. L'ouvrage est un recueil monumental du XVIIe siècle sur la botanique, la zoologie et la minéralogie du Nouveau Monde, fruit d'une coopération s'étendant sur de nombreuses décennies entre scientifiques et voyageurs.

Date de création

Date du sujet

Informations d'édition

Vitale Mascardi, Rome

Langue

Titre dans la langue d'origine

Rerum medicarum Novae Hispaniae thesaurus, seu, Plantarum animalium mineralium Mexicanorum historia

Type d'élément

Description matérielle

950 pages : illustrations, tables

Références

  1. Luigi Guerrini, The “Accademia dei Lincei” and the New World (Berlin: Max Planck Institute for the History of Science, 2008).

Initiative IIIF pour l’interopérabilité des images Aide

Dernière mise à jour : 17 mai 2017