Livre d'heures

Description

Ce petit livre d'heures, conçu pour le diocèse de Cambrai, en Flandre française, vers 1300–1310, est particulièrement intéressant de par la profusion de drôleries humoristiques qu'il contient. Des humains, des animaux et des êtres hybrides figurent dans les marges de chaque page du livre. Toutes sortes d'activités, par exemple cuisiner, prendre part à des jeux, grimper, pêcher, jouer de la musique ou danser, sont évoquées dans de petites scènes. Heiner Gillmeister affirme même que deux de ces scènes constituent les plus anciennes images connues d'individus jouant au tennis (recto des feuillets 70 et 193). Une remarquable initiale « D » enluminée illustre la Résurrection au verso du feuillet 100. Ces drôleries représentent notamment une femme menant un cheval qui tire une herse (au recto du feuillet 12), un homme et une femme faisant du pain (au verso du feuillet 14), des singes qui chantent (au verso du feuillet 52) et d'autres qui jouent aux échecs (au recto du feuillet 186). Ces tableaux humoristiques amusaient les fidèles pendant leurs prières tout en jouant le rôle de métaphores de l'âme aux prises avec le vice. La propriétaire originelle de ce livre semble avoir fait partie du diocèse de Cambrai, si l'on en juge par la célébration de l'office des morts. Les feuillets du début et de la fin du manuscrit comportent un certain nombre de signatures, ce qui atteste d'un livre ayant eu un grand nombre de propriétaires. Un prêtre du XVIe siècle écrivit un message sous forme codée au verso du feuillet 1, demandant que le livre lui soit restitué s'il venait à le perdre. Parmi les autres propriétaires figurent des membres du duché de Savoie ayant vécu au XVIIe siècle, comme en témoigne le blason doré de Charles Emmanuel II (1634–1675), duc de Savoie, estampillé sur les couvertures.

Dernière mise à jour : 24 octobre 2017