Le pèlerinage de la vie humaine

Description

Le pèlerinage de la vie humaine, texte allégorique écrit en vers vernaculaires, fut inspiré par le poème français du XIIIe siècle le Roman de la Rose, de Guillaume de Lorris et Jean de Meung. Composé en 1330–1332 environ par Guillaume de Digulleville, avec une deuxième recension en 1355, ce texte constitue la première des deux versions. Cette copie, produite dans le nord–est de la France en 1370, est aujourd'hui conservée au musée des arts Walters (W.141). Elle inclut une miniature de frontispice avec un portrait de l'auteur, ainsi que 83 illustrations en grisaille teintée. Ces images, qui reposent sur des modèles en cohésion avec les choix thématiques de l'époque, regorgent de détails anecdotiques, conférant un certain caractère au texte. L'Institut de recherche et d'histoire des textes, du Centre national de la recherche scientifique, en France, s'est donné pour mission de collecter toutes les reproductions des manuscrits de Digulleville. La version présentée ici est l'une des rares copies conservées hors de France. Le texte est composé d'un prologue et de quatre livres. Écrit à l'encre brune, avec des rubriques en rouge, en littera cursiva formata, il est organisé en deux colonnes par page, souvent séparées par des bordures. Les divisions du texte sont marquées par des lettrines peintes et le frontispice est décoré d'une lettrine enluminée. Les noms des locuteurs sont généralement centrés, parfois au–dessus des illustrations. Le volume ne comprend pas de ponctuation originale. Les illustrations, encadrées de bordures jaunes avec des feuilles de vigne, sont de moyenne qualité, notamment celles à la fin de l'ouvrage. Des instructions destinées aux artistes sont visibles sous forme de texte à côté des images (par exemple, au recto du feuillet 8), sous forme de lettres dans les images et sous forme de phrases à gauche, dans les marges inférieures (par exemple, au recto du feuillet 45).

Dernière mise à jour : 11 août 2017