Histoire généalogique des Tatars, traduite en français d'un manuscrit tatar rédigé en langue moghole par Abu al-Ghazi Bahadur, khan de Khwarezm, complétée de notes nombreuses et précises sur l'état actuel du nord de l'Asie avec les cartes géographiques requises, et du français en russe pour l'Académie des sciences

Description

Souverain du khanat de Khiva (l'actuel Ouzbékistan) et éminent historien des peuples de langue turque, Abu al-Ghazi Bahadur (ou Ebulgazi Bahadir Han, 1603‒1663) écrivait en ancien turc (tchaghataï). Fils d'Arab Muhammad Khan, Abu al-Ghazi fut entraîné dans une lutte dynastique avec ses frères, suite à la mort de leur père, ce qui l'obligea à fuir à la cour safavide à Ispahan (aujourd'hui en Iran), où il vécut de 1629 à 1639. Il monta finalement sur le trône du khanat de Khiva en 1644 ou 1645, qu'il occupa jusqu'à sa mort. Il est l'auteur de deux ouvrages constituant des sources importantes pour l'histoire de l'Asie centrale, Shajare-i Tarākime ou Şecere-i Terakime (Arbre généalogique des Turkmènes), achevé en 1659, et Shajare-i Turk (Arbre généalogique des Turcs), inachevé, et que son fils, Abu al-Muzaffar Anusha Muhammad Bahadur, termina en 1665. L'ouvrage Shajare-i Turk fut traduit en français et publié à Leiden en 1726 sous le titre Histoire généalogique des Tatars. Il contient un historique généalogique des Turcs entre l'époque biblique d'Adam et 1663. L'œuvre est essentiellement constituée d'une histoire de la dynastie chaybanide qui régna sur le khanat de Boukhara de 1500 à 1598. L'édition présentée ici est une édition russe de l'ouvrage Shajare-i Turk, publiée à Saint-Pétersbourg en 1768 par l'Académie des sciences russe, à partir de la traduction en français de 1726. Publié en deux volumes, l'ouvrage contient différentes cartes du « nord de l'Asie », présentées au début de chaque volume. Il appartient au département des livres rares de la Bibliothèque d'État de Russie à Moscou.

Dernière mise à jour : 17 août 2016