La Bible boîte à biscuits

Description

Ekitabo ekitukuvu ekya Katonda, kyebayita Baibuli ye Ndagano enkade nempya ekyakyusibwa mu Luganda (le Livre des Saintes Écritures, appelé Bible de l'Ancien et du Nouveau Testament, traduite en luganda), également connue sous le nom de « Bible boîte à biscuits », est la première traduction de la Bible en luganda, langue du peuple baganda, qui constitue le plus grand groupe ethnique de l'actuel Ouganda. La traduction fut réalisée au Buganda grâce aux efforts conjugués des missionnaires de la Church Missionary Society d'Angleterre et des nouveaux convertis baganda. Les missionnaires britanniques commencèrent à arriver en Ouganda à la fin du XIXe siècle afin de convertir la population au christianisme. Soucieux de proposer la Bible aux Baganda dans leur propre langue, ils en firent la traduction à partir d'une version en swahili, qui fut achevée en 1896, après six ans de travail. Achevés en 1890, les quatre Évangiles furent les premiers livres traduits par le révérend Alexander Mackay, alors à la tête de la mission protestante au Buganda, aidé par des Baganda convertis. Le révérend R.D Ashe, confrère de Mackay, fit imprimer l'Évangile de Jean en 1891, en Angleterre. George William Pilkington, missionnaire protestant irlandais arrivé au Buganda en 1891, fut chargé de terminer la traduction. Linguiste passionné, Pilkington avait acquis une bonne maîtrise du luganda durant la longue marche, depuis la côte de l'océan Indien jusqu'en Ouganda. Au Buganda, 17 hommes et 14 femmes travaillèrent sur les traductions en 1891. Pilkington et le Muganda Henry Wright Dutamaguzi (Duta) traduisirent les Actes, les épîtres de Paul et l'Apocalypse. Les Actes furent publiés en Grande-Bretagne en 1892. Une édition qui regroupait les Évangiles et les Actes en un volume fut également publiée. En 1893, une édition complète en un seul volume du Nouveau Testament fut proposée en luganda. Pendant ce temps, Pilkington et Duta avaient commencé à travailler sur l'Ancien Testament. Les premiers livres à être publiés furent l'Exode et Josué en 1893, suivis de la Genèse, des Psaumes et du Livre de Daniel en 1894. En 1896, les cinq premiers livres de l'Ancien Testament furent publiés en un seul volume. Pilkington acheva de traduire les passages restants de l'Ancien Testament, à l'exception des petits prophètes, qui furent traduits par le révérend William Arthur Crabtree. Au terme de ce travail, la Bible avait été traduite intégralement en luganda. Selon la légende, cet ouvrage d'une largeur et d'une épaisseur de trois pouces fut appelé Bible boîte à biscuits du fait de son impression permettant de le ranger dans la boîte à biscuits Huntley & Palmers, de la même taille (trois pouces = 7,6 centimètres). En réalité, la bible était imprimée en petites parties de cette dimension pour pouvoir être facilement transportées dans les sacs en tissu des Baganda. La traduction de certaines parties de la Bible effectuée à la hâte par différentes personnes se reflète dans la pagination. Les livres allant de la Genèse au second livre de Samuel sont numérotés de la page 3 à la page 720, suivis d'une numérotation distincte pour les pages 1 à 709 du premier livre des Rois au Cantique des Cantiques, et pour les pages 1 à 509 d'Ésaïe à Malachie. Le Nouveau Testament est numéroté de la page 3 à la page 623. Lorsqu'il fut question d'imprimer la bible dans son intégralité, la Société biblique britannique et étrangère décida d'en conserver les dimensions d'origine. C'est pourquoi la version finale se présente sous la forme d'un pavé volumineux. Des copies spéciales furent produites pour les rois d'Ouganda, pour le kabaka Mwanga du Buganda, pour l'omukama Kabalega du Bunyoro et pour l'omukama du Toro. Une copie de cette première version de la Bible en luganda est conservée au musée national d'Ouganda, à Kampala.

Date de création

Date du sujet

Informations d'édition

Société biblique britannique et étrangère protestante, Londres

Langue

Titre dans la langue d'origine

Ekitabo ekitukuvu ekya Katonda, kyebayita Baibuli ye Ndagano enkade nempya ekyakyusibwa mu Luganda

Type d'élément

Description matérielle

4 volumes (720 pages, 709 pages, 509 pages, 623 pages) ; 3 x 3 pouces

Notes

  • Document conservé au musée national d'Ouganda. Numérisé à la Bibliothèque nationale d'Ouganda avec la collaboration de la Carnegie Corporation de New York.

Références

  1. Louis Timothy Manarin, And the Word Became Kigambo: Language, Literacy and Bible Translation in Buganda 1875-1931 (Indiana University, Department of History, Ph.D. thesis: 2008).

Initiative IIIF pour l’interopérabilité des images Aide

Dernière mise à jour : 19 juin 2017