Hauts fonctionnaires offrant des sacrifices, à Pékin, durant la première année de la république

Description

Beijing min guo chu nian gao ji guan yuan ji si (Hauts fonctionnaires offrant des sacrifices, à Pékin, durant la première année de la république) est une collection de photographies réalisées par Puyiya (nom chinois de Georges Bouillard, 1862‒1930), ingénieur à l'Institut National des Métiers d'Art. Né en France, Bouillard se rendit en Chine en 1898 pour occuper le poste d'ingénieur en chef sur le tronçon nord du chemin de fer reliant Pékin à Hankou. Il éprouvait un grand intérêt pour la sinologie et s'adonnait à la photographie pendant ses loisirs, Pékin étant l'un de ses sujets de prédilection, ainsi que les environs de la ligne Pékin–Hankou. Après sa mort, son épouse Zhu Derong fit don de sa vaste collection de cartes, d'études topographiques, de graphiques et de photographies à la Bibliothèque nationale de Pékin (ancien nom de la Bibliothèque nationale de Chine). Les Chinois commencèrent à offrir des sacrifices à Confucius dès 478 avant J.-C., soit l'année ayant suivi sa mort. Après que Xuanzong (règne : 712‒756), de la dynastie Tang, lui eut octroyé le titre de Wen xuan wang (roi des manifestations de la culture), ce type de cérémonie prit de plus en plus d'ampleur. Les cérémonies d'offrandes de sacrifices se tenaient au temple confucéen de Qufu, lieu de naissance de Confucius, et dans des écoles un peu partout. Sous le règne de Dade (1297‒1307) de la dynastie Yuan, un temple confucéen fut érigé à Pékin. Celui‑ci devint le site d'offrandes sacrificielles à Confucius durant les dynasties Yuan, Ming, and Qing. Pendant les premières années de l'ère républicaine, le professeur Cai Yuanpei (1868‒1940) estima que le culte de Confucius était dépassé. Cependant, en 1914, Yuan Shikai publia un décret qui rétablit cette tradition, stipulant que le gouvernement central comme les autorités locales devaient organiser chaque année une cérémonie pour vénérer Confucius le jour de sa naissance. Le document présenté ici est un ensemble de 25 photographies prises par Bouillard montrant des scènes de telles cérémonies au temple confucéen de Pékin dans les premières années de la république. Ces photographies montrent des fonctionnaires en robes brodées de fleurs, aidés de leurs préposés, animant diverses cérémonies avec de la musique, des chants, des danses et des rites au milieu de vapeurs d'encens s'échappant d'objets réservés aux sacrifices. Les fonctionnaires s'agenouillaient trois fois et se prosternaient à neuf reprises.

Dernière mise à jour : 7 juin 2017