Chronique du roi saint Ferdinand III

Description

Coronica del sancto rey don Fernando tercero deste nombre que gano a Seuilla y a Cordoua y a Iaen y a toda el Andaluzia, cuyo cuerpo esta en la santa iglesia de Seuilla (Chronique du roi saint Ferdinand III, qui conquit Séville, Cordoue, Jaén et la totalité de l'Andalousie, et dont la dépouille repose dans la sainte église de Séville) fut imprimé à Séville, en 1516, par Jacobo Cromberger. L'ouvrage fut très populaire dès sa publication. Seuls deux exemplaires existent aujourd'hui : celui présenté ici, parfaitement préservé, qui appartient à la bibliothèque de l'université Complutense, et le deuxième, dépourvu de frontispice, qui appartient à la Société hispanique de New York. Le livre adopte de manière formelle le style désuet caractéristique de l'impression espagnole du début du XVIe siècle. Cependant, sa typographie est l'une des plus parfaites produites en Espagne à cette époque. La première page contient, juste au-dessus du titre, une impression xylographique (gravure sur bois) de saint Ferdinand III, roi de Castille–et–León, sur son trône. Face à lui, se tiennent deux chevaliers et deux ecclésiastiques, dont l'un présente le livre à l'un des chevaliers. Le livre est illustré d'impressions xylographiques qu'il est possible de situer à mi-chemin entre les iconographies du Moyen Âge et celles de la Renaissance. Seules sept des impressions, sur 27 au total, sont des originaux. Les autres sont des illustrations provenant d'œuvres antérieures, principalement des romans de chevalerie. L'auteur n'est pas mentionné sur la page de garde, ce qui incita des érudits à mener de nombreuses recherches aux XVIIIe et XIXe siècles. Néanmoins, et conformément à la mention figurant à la fin du chapitre 28, il est notoire que l'ouvrage est une traduction légèrement modifiée de De rebus Hispaniae réalisée par l'archevêque de Tolède, Rodrigo Jiménez de Rada (1170–1247). Les derniers chapitres ont été écrits sous le parrainage, sinon l'intervention directe, du roi Alphonse X et de son fils Sanche IV. À cette époque, la partie intitulée Seguimiento del Toledano (Suite du Tolédan) fut ajoutée, ainsi que cinq chapitres initiaux, avec un résumé des règnes d'Alphonse VIII et d'Henri Ier. Une fois le récit achevé et traduit, l'ensemble de l'ouvrage constitua une partie de Primera Crónica General de España (Première chronique générale d'Espagne), d'où fut tirée ultérieurement l'œuvre présentée ici, avant de recevoir son propre titre. Ces chroniques furent imprimées à de nombreux exemplaires, dont l'un, quasiment révéré comme une relique dans la cathédrale de Séville, mais aujourd'hui disparu, fut restauré par le compilateur Diego López de Cartagena. Ce dernier prépara l'édition en extrayant la partie finale du texte qui avait été insérée par l'adaptateur. Il décala également le chapitre consacré aux funérailles du roi Henri Ier, qui, pour des raisons chronologiques, apparaissait après les premiers jours du règne de saint Ferdinand. L'exemplaire de l'université Complutense fut précédemment la propriété de l'historien Rafael Floranes (1743–1801), originaire de Santander. Au XIXe siècle, l'ouvrage fit son entrée dans la bibliothèque de Fernando Fernández de Velasco, avant que le Dr Francisco Guerra, dernier possesseur avant l'université Complutense, l'obtienne auprès de l'un de ses héritiers.

Date de création

Date du sujet

Informations d'édition

Jacobo Cromberger, Séville

Langue

Titre dans la langue d'origine

Coronica del sancto rey don Fernando tercero deste nombre q gano a Seuilla y a Cordoua y a Iaen y a toda el andaluzia. Cuyo cuerpo esta en la santa yglesia de Seuilla

Type d'élément

Description matérielle

42 feuillets

Notes

  • Cote : BH FG 2035

Initiative IIIF pour l’interopérabilité des images Aide

Dernière mise à jour : 30 mars 2016