Observations du tsunami Sanriku au large de la préfecture d'Iwate

Description

La côte de Sanriku qui fait face à l'océan Pacifique dans la partie septentrionale de la région de Tohoku, au Japon, subit des dommages par les tsunamis lors de chaque tremblement de terre majeur (notamment le séisme de Sanriku le 2 mars 1933, le séisme de Valdivia, au Chili, le 22 mai 1960 [le tsunami atteignit le Japon le 23‒24 mai], et le grand séisme au nord-est du Japon le 11 mars 2011). Sanriku daikaishō iwateken engan kenbunshi ippan (Observations du tsunami Sanriku au large de la préfecture d'Iwate) est un rapport sur le tremblement de terre et les dommages provoqués par le tsunami suite au séisme Sanriku de Meiji survenu le 15 juin 1896, au large de la préfecture d'Iwate (centre de la côte Sanriku). Son auteur, Yamana Sōshin (1847‒1909), fut une figure majeure de Tōno-machi, dans la préfecture d'Iwate. Suite à ses propositions remises à la préfecture d'Iwate après le tremblement de terre, il fut affecté à l'étude des dégâts dans 191 établissements le long de la côte Pacifique de la préfecture entre juillet et septembre. Yamana écrivit plusieurs rapports basés sur ses recherches, dont le document présenté ici. Ce dernier décrit les dégâts subis par la préfecture d'Iwate dans son ensemble, ainsi que dans quatre comtés et trente-sept villes et villages sur la côte Pacifique. Il contient des cartes des zones endommagées et des informations statistiques, telles que le nombre de maisons, de bateaux et la taille de la population avant le tremblement de terre, le nombre de morts et de blessés, ainsi que les maisons endommagées, les bateaux et le matériel de pêche emportés par les flots, la hauteur de la vague du tsunami et les répartitions par localité. Les cartes indiquent la mer et les rivières en bleu, les champs et les reliefs épargnés par les inondations en rouge et en vert, les zones inondées en jaune, les maisons et les rues en rouge, ainsi que la direction du tsunami avec des flèches. Le rapport montre, par exemple, que 18 158 personnes perdirent la vie dans la préfecture d'Iwate, que la ville de Tarō compta 1 867 décès sur une population totale de 2 248 personnes (Tarō fut également endommagée par le grand séisme au nord-est du Japon en 2011), et que la plupart des zones résidentielles furent inondées. Ce document a une grande valeur aux yeux des chercheurs en histoire des catastrophes naturelles du fait des informations détaillées qu'il fournit sur les dommages historiques.

Dernière mise à jour : 12 décembre 2017