Afghanistan : État tampon. La Grande–Bretagne et la Russie en Asie centrale

Description

Afghanistan : État tampon. La Grande–Bretagne et la Russie en Asie centrale offre une vue d'ensemble de la rivalité anglo–russe et de ce qui était perçu comme la menace russe envers l'Inde britannique, écrite par un ancien officier et interprète de russe au sein de l'armée indienne. L'ouvrage, qui se veut une courte introduction à un sujet complexe, fournit un aperçu d'un certain type de pensée impériale britannique dominant jusqu'à la Première Guerre mondiale. Le premier chapitre aborde l'importance de l'Inde pour l'Empire britannique. Selon l'auteur, les objectifs britanniques doivent consister à protéger « toutes les lignes de communication connectant l'Inde à la mère patrie » et l'Inde elle–même. Pour ce faire, la Grande–Bretagne « doit donc orienter sa politique de sorte que la Perse, l'Afghanistan et l'ouest de la Chine demeurent indépendants et entiers, et si possible, et plus enclins à accepter l'influence britannique plutôt que celle de toute autre puissance ». Il était également essentiel que le Bosphore et les Dardanelles restassent « toujours fermés à la Russie » et que cette dernière ne pût jamais acquérir de port dans le golfe Persique. Le second chapitre aborde l'histoire des invasions de l'Inde, des anciennes civilisations assyrienne et perse à l'époque de Nâdir Châh, au XVIIIe siècle. Les troisième et quatrième chapitres portent sur la présence et les politiques russes en Asie centrale. Le cinquième chapitre couvre le « théâtre des opérations » où un conflit anglo–russe doit se dérouler. Le sixième chapitre est consacré au rôle des États ou principautés qui pourraient influencer le cours d'un tel conflit, particulièrement l'Afghanistan, mais également le Baloutchistan, le Tibet, le Cachemire et la Chine. Le chapitre de conclusion aborde l'entente anglo–russe de 1907, qui réaffirma l'influence prédominante de la Grande–Bretagne en Afghanistan. Publié à Londres et à Madras (aujourd'hui Chennai, en Inde), le livre contient deux cartes dépliantes détaillées illustrant « l'avancée » russe en Asie centrale. Ironiquement, l'auteur ne fait guère mention de l'Allemagne, contre qui la Grande–Bretagne allait entrer en guerre (aux côtés des Russes) quelques années après.

Dernière mise à jour : 17 août 2016