Notre frontière scientifique

Description

Le terme de « frontière scientifique » fut employé par le Premier ministre britannique Benjamin Disraeli (lord Beaconsfield) en 1878 pour désigner une frontière entre l'Inde Britannique (aujourd'hui au Pakistan) et l'Afghanistan, qui pouvait être occupée et défendue selon les exigences de la science de la stratégie militaire, contrairement à la frontière existante, établie de façon aléatoire au fil de l'expansion britannique par les traités et les annexions. Le terme occupa ensuite une place importante dans les débats britanniques sur la défense de l'Inde Britannique contre une possible invasion russe par l'Afghanistan. Notre frontière scientifique, publié vers la fin de la seconde guerre anglo–afghane (1878–1880), est une analyse de ce sujet, écrite afin d'influencer le débat britannique sur les termes de la paix. L'auteur, William Patrick Andrew, fut président de la Société des chemins de fer du Sind, du Penjab et de Delhi et, par conséquent, expert de la logistique et du transport en Inde et le long de ses frontières. Le livre contient des chapitres sur la Frontière–du–Nord–Ouest, l'histoire, la géographie et l'économie de l'Afghanistan, les tribus frontalières indépendantes, les cols montagneux, les routes probables d'invasion depuis l'Afghanistan en Inde, et les « Powindahs, ou marchands soldats d'Afghanistan ». Trois annexes portent sur les tranchées de Sherpur qui faisaient partie de la défense de Kaboul, les lignes ferroviaires de Bolan et de Khyber (qui ne furent construites qu'après la période abordée), ainsi que le transport par voie ferrée des troupes, des chevaux, des canons et du matériel de guerre en Inde.

Dernière mise à jour : 26 août 2016