Agents britanniques en Afghanistan

Description

Agents britanniques en Afghanistan est un pamphlet de sir Owen Tudor Burne, imprimé à titre privé à Londres en 1879, qui entrait dans le cadre du débat en Grande–Bretagne sur les origines et la justification de la seconde guerre anglo–afghane (1878–1880). Burne, officier de l'armée, servit en Inde durant la révolte des Cipayes (1857–1859), puis occupa différentes fonctions au sein du gouvernement indien, notamment en tant que secrétaire particulier du comte de Mayo, vice–roi des Indes de 1869 à 1872, et de lord Lytton, vice–roi de 1876 à 1880. La cause immédiate de l'invasion britannique de l'Afghanistan aurait été le refus de l'émir Shir Ali Khan d'accueillir une délégation d'officiers britanniques après qu'il eût reçu une mission russe pendant l'été 1878. Selon les détracteurs de la guerre, le gouvernement conservateur du Premier ministre Benjamin Disraeli et du vice–roi lord Lytton avait provoqué le conflit en changeant la politique britannique précédente, selon laquelle Shir Ali, pour ses critiques, ne devait pas être forcé d'accepter des agents ou des officiers britanniques résidents en Afghanistan. Agents britanniques en Afghanistan fournit une argumentation détaillée soutenant que ces critiques étaient inexactes. L'argumentation de Burne repose sur des documents existants et ses souvenirs des rencontres avec les fonctionnaires afghans auxquelles il assista. Il débute par une lettre publiée dans le London Times, dans laquelle son auteur, le duc d'Argyll (1823–1900 ; secrétaire d'État à l'Inde de 1868 à 1874), affirme que le comte de Mayo avait promis à l'émir « qu'aucun officier européen ne serait placé en qualité de résident dans ses villes ». Cette promesse aurait été faite lors d'un entretien avec Shir Ali à Ambala (aujourd'hui au Pakistan) en 1869. Burne soutient qu'il s'agissait uniquement d'une politique « intermédiaire », ne devant pas être observée de façon permanente, avec pour condition la non–implication russe dans les affaires de l'Afghanistan. Il poursuit en indiquant que l'émir se souciait principalement du stationnement d'officiers britanniques à Kaboul, la capitale, et qu'il aurait accepté volontiers des résidents britanniques à Balkh, à Hérat ou à Kandahar. L'autobiographie de Burne, Mémoires, publiée à Londres en 1907, contient des informations supplémentaires sur sa participation à la politique britannique envers l'Afghanistan à cette époque.

Dernière mise à jour : 17 août 2016