Soudan et Afghanistan. Vote du crédit

Description

William Ewart Gladstone (1809–1898), Premier ministre britannique libéral à quatre reprises (1868–1874, 1880–1885, 1886 et 1892–1894), fut l'une des figures politiques majeures de l'époque victorienne. Il servit au Bureau colonial et fut trois fois chancelier de l'Échiquier, notamment pendant les deux premières années de son second gouvernement. Soudan et Afghanistan. Vote du crédit est un pamphlet contenant le texte d'un discours que Gladstone donna devant le Comité des subsides à la Chambre des communes le 27 avril 1885, moins d'un mois après l'incident du Panjdeh entre la Russie et l'Afghanistan, et trois mois après la chute de Khartoum aux mains des forces mahdistes et l'assassinat qui s'ensuivit du général Charles Gordon. Lors de l'incident du Panjdeh, les forces russes s'emparèrent de territoires afghans au sud de l'Oxus (aujourd'hui l'Amou–Daria), provoquant une échauffourée avec les troupes afghanes et une crise diplomatique avec la Grande–Bretagne, qui était sensible aux pressions russes sur l'Afghanistan et à la menace potentielle qu'elles représentaient pour l'Inde britannique. Dans son discours, Gladstone demanda un vote de crédit s'élevant à 11 000 000 de livres, dont 6 500 000 étaient destinés à des « préparatifs spéciaux » non précisés pour renforcer la position de l'Empire britannique. Dans le discours, il ne faisait aucun doute que ces préparatifs visaient à contrer les menaces potentielles russes en Afghanistan et en Inde. Les 4 500 000 livres restantes devaient être dépensées dans le cadre de la crise au Soudan. Gladstone s'attendait à des critiques concernant les fonds pour le Soudan, car il avait autorisé le général Gordon à marcher sur Khartoum, sans parvenir à le libérer des forces mahdistes. Le crédit fut finalement approuvé. L'Association centrale libérale de Grande–Bretagne publia le discours en 1885.

Dernière mise à jour : 17 août 2016