L'Islam et les races

Description

Pierre Jean Daniel André, officier militaire français, étudia les langues orientales à Paris, puis servit dans l'infanterie coloniale dans différentes régions de l'Empire français, dont l'Algérie et le Maroc. Il occupa également plusieurs postes sur les côtes africaines et arabes de l'océan Indien. En 1919 et 1920, André fut gouverneur du sandjak (district administratif) de Djebel Bereket, en Cilicie, région du sud–est de la Turquie, administrée par la France suite à la défaite de l'Empire ottoman durant la Première Guerre mondiale. Basé sur ses expériences en Turquie, André publia en 1921, sous le pseudonyme de Pierre André Redan, La Cilicie et le problème ottoman. Le livre présenté ici, L'Islam et les races, parut l'année suivante sous le nom d'André. Dans cet ouvrage ambitieux, en deux volumes, André propose sa théorie personnelle sur l'Islam. Dans le premier volume, il décrit les principales doctrines et institutions de l'Islam, qui trouve ses origines en Arabie, son expansion au–delà de la péninsule arabique en Afrique du Nord et au Moyen–Orient, ainsi que sa conquête de la région appelée turco–mongole par André et sa propagation. Selon la thèse d'André, la métaphore d'un arbre permet de mieux comprendre l'Islam : tel un tronc arabe sur lequel un long rameau turco–mongol a été greffé. Le deuxième volume aborde les sectes et schismes majeurs au sein de l'Islam. Il traite également des différentes formes locales que la foi revêt en Égypte et en Tripolitaine (aujourd'hui en Libye), ailleurs en Afrique du Nord, en Afrique subsaharienne, dans les sultanats le long de la côte de l'océan Indien, en Extrême–Orient, en Russie et dans le Caucase, en Inde, en Asie du Sud–Est (Indonésie), ainsi qu'en Perse, en Afghanistan et au Baloutchistan. Au début du premier volume, une table fournit une estimation du nombre total de musulmans dans le monde en 1917, quasiment 247 millions, et indique la répartition géographique de cette population.

Dernière mise à jour : 31 août 2016