Voyage de l'ambassade russe en Afghanistan et au khanat de Boukhara en 1878 et 1879

Description

Ivan Lavrovich Iavorskii (1853–1920 env.), médecin russe, accompagna en 1878–1879 une ambassade impériale russe en Afghanistan. L'objectif du voyage consistait à établir un ambassadeur russe à la cour du souverain afghan Shir Ali Khan (1825–1879, règnes : 1863–1866 et 1868–1879) afin d'étendre le contrôle russe sur la politique étrangère de l'Afghanistan. Le succès de la mission marqua le début de la seconde guerre anglo–afghane de 1878–1880. Dirigée par le général Nikolaï Stoletov (1834–1912), la mission quitta Tachkent le 13 juin 1878. Iavorskii la rejoignit ensuite à Samarcande. Shir Ali, qui souhaitait demeurer neutre dans la lutte d'influence en Asie centrale entre les Britanniques et les Russes, tenta d'abord d'empêcher que la mission ne continuât jusqu'à Kaboul. Pour faire pression sur Shir Ali, les Russes utilisèrent 'Abdur Rahman Khan, le neveu du souverain et rival qui vivait à l'époque en exil à Samarcande, alors sous leur contrôle. Forcé d'attendre plusieurs semaines à Mazâr–e Charîf, Stoletov fut finalement autorisé à poursuivre vers la capitale afghane, où il arriva le 9 juillet. L'admission par Shir Ali de l'ambassade russe à Kaboul, même à regret, fut perçue par lord Lytton, vice–roi britannique des Indes, comme un affront intolérable. Lorsque Shir Ali refusa d'admettre une mission britannique similaire, Lytton ordonna l'invasion qui déclencha la seconde guerre anglo–afghane. Les Britanniques envoyèrent des troupes sur Kaboul, destituèrent Shir Ali et installèrent 'Abdur Rahman Khan sur le trône. Ce livre contient le récit d'Iavorskii de la mission écrit en russe, traduit en allemand par Eduard Iul'evich Petri, professeur à l'université de Berne.

Dernière mise à jour : 31 août 2016