Recueil de littérature tadjike

Description

Numūnah–'i Adabīyāt–i Tājīk (Recueil de littérature tadjike) est une compilation d'ouvrages de poésie écrits par des poètes tadjiks pendant le Moyen Âge, au début de la période moderne et durant la période moderne. Sadriddin Aini (1878–1954), considéré comme un poète national au Tadjikistan, qui fut de loin le plus littéraire des nationalistes tadjikes, compila et édita l'ouvrage. Ce dernier fut publié à Moscou par l'Imprimerie centrale de l'Union des républiques socialistes soviétiques en 1926, deux ans à peine après la création de la République socialiste soviétique autonome tadjike. Toutes les œuvres du recueil sont bien connues. Elles sont disponibles dans d'autres compilations et volumes publiés dans le monde persanophone. Ensemble, ces œuvres représentent la tradition littéraire persane dans les régions de l'Asie centrale où l'on parlait le persan. Le recueil inclut une rubrique biographique sur Aini, écrite par l'activiste politique nationaliste iranien Abolqasem Lahouti, une préface et trois principales parties. La première partie contient des œuvres représentatives de 80 poètes persans du Moyen Âge et du début de la période moderne, dont Rudaki, Daqiqi, Farabi et Alisher Navoï (ou Nawa'i). La seconde aborde les œuvres poétiques de 132 poètes persanophones de la fin du XVIIIe siècle et du XIXe siècle. La troisième partie est consacrée à la « nouvelle littérature tadjike », selon Aini, produite entre 1905 et 1925. Ces poèmes plus récents traitent du discours sur la modernisation, appelée djadidisme dans les études sur l'Asie centrale, et des développements sociaux et politiques dans la région résultant de la révolution bolchévique. Le livre contient trois photographies d'Aini. Toutes les parties débutent par une courte préface et se terminent par une table des matières. Aini fournit des informations biographiques sur la vie et la carrière de chaque poète. La publication du recueil entrait dans le cadre d'un projet parrainé par l'État durant une phase cruciale de l'histoire, lorsque de nombreux pays, aujourd'hui des États–nations indépendants en Asie centrale, furent intégrés à l'Union soviétique en vertu d'une politique de « délimitation nationale ».

Dernière mise à jour : 30 septembre 2016