La mesure de la médecine

Description

Mīzān al–ṭibb (La mesure de la médecine) est un ouvrage populaire de Muhammad Akbar Arzani (mort en 1772). Si les érudits divergent quant à savoir si Arzani naquit en Perse ou en Inde, il est généralement considéré comme le premier médecin de l'Empire moghol à traduire systématiquement les ouvrages médicaux arabes en persan. Ses textes médicaux, très appréciés en Inde et en Perse, furent un outil pédagogique pour les étudiants en médecine de cette région du monde. On sait également qu'Arzani, musulman soufi, appartint à la confrérie de Qaadir. Dans l'introduction de Mīzān al–ṭibb, Arzani affirme que l'ouvrage était destiné à servir les étudiants démunis désireux d'apprendre la médecine tout comme les autres issus d'un milieu favorisé. Vraisemblablement grâce à sa clarté et à sa nature abrégée, mais exhaustive, le texte d'Arzani devint l'œuvre principale à maîtriser pour les élèves débutants en médecine à partir du XVIIIe siècle. L'ouvrage comprend trois parties. La première aborde les kayfiyat–i chahar ganah (les quatre qualités, à savoir la chaleur, le froid, l'humidité et la sécheresse), tandis que la seconde est consacrée aux dar bayān adwīyah mufrada wa murakabba wa aghzīya (les remèdes simples et composés, et la nourriture). La troisième partie, sur les dar bayan amraz wa 'alaj-i an (les maladies et leur traitements), constitue la majeure partie du livre. Elle est divisée en chapitres ayant trait principalement au traitement des maladies de chaque organe. Cette partie aborde également les affections propres aux femmes et aux hommes, avec des chapitres sur les fièvres et les gonflements. Le volume présenté ici se conclut par des traités plus courts écrits par d'autres auteurs sur le pouls et l'urine. Le livre fut publié en 1884 par la Newal Kishore Press, célèbre maison d'édition de Lucknow, en Inde.

Dernière mise à jour : 30 septembre 2016