Transit de Vénus, 6 décembre 1882

Description

Cette photographie, prise par Marc Ferrez le 6 décembre 1882, est extraite d'un album commémorant la participation du Brésil à l'effort international visant à suivre le passage de Vénus la même année. Pour honorer cette contribution, Ferrez réalisa un photomontage des trois hommes qui furent chargés par l'Observatoire impérial du Brésil de suivre le transit depuis l'île de Saint-Thomas, dans les Antilles. Antonio Luiz von Hoonholtz Tezpur, baron de Teffé, apparaît dans la partie supérieure de la photographie, avec le capitaine lieutenant Francisco Calheiros da Graça en bas à gauche et le lieutenant Arthur Indio do Brazil e Silva en bas à droite. Pour suivre le transit, l'Observatoire impérial établit un observatoire portant le nom de l'empereur Pierre II (1825-1891) sur l'île de Saint-Thomas, dans les Indes occidentales danoises (aujourd'hui les îles Vierges des États-Unis). Le transit de Vénus est un événement astronomique rare qui se produit lorsque Vénus passe entre la Terre et le Soleil, la rendant visible de jour par contraste sur le disque solaire. Les transits surviennent par paire séparée de huit ans, à des intervalles de plus d'un siècle. À partir du XVIIe siècle, les astronomes portèrent un intérêt particulier à ce phénomène qui leur donnait l'opportunité de déterminer, à l'aide de nombreux calculs mathématiques complexes et observations, la distance entre la Terre et le Soleil (unité astronomique). Les transits de 1874 et 1882 suscitèrent donc l'enthousiasme du public et de la communauté scientifique. Ferrez, un des photographes les plus prolifiques du Brésil, contribua à documenter le développement du Brésil à la fin du XIXe siècle. L'album fait partie de la collection Thereza Christina Maria de la Bibliothèque nationale du Brésil. Composée de 21 742 photographies que l'empereur Pierre II réunit sa vie durant, puis légua à la bibliothèque nationale, la collection couvre divers sujets et détaille les réalisations du Brésil et de Brésiliens au XIXe siècle. La collection, qui porte le nom de l'impératrice Thérèse-Christine Marie, fut inscrite au registre de la Mémoire du monde de l'UNESCO en 2003.

Dernière mise à jour : 24 mai 2017