Les châteaux d'Arabie du Sud selon l'Iklil d'Hamdānī

Description

L'orientaliste autrichien David Heinrich Müller (1846-1912) naquit à Buczacz (Buchach, dans l'Ukraine actuelle), qui faisait alors partie de l'Empire autrichien, et étudia à Vienne, à Leipzig et à Strasbourg. Après s'être initialement concentré sur ​​les études bibliques et hébraïques, il se tourna vers la philologie arabe et consacra sa thèse de doctorat au Kitāb al-Farq (Le livre des animaux rares) du philologue, anthologiste et zoologue Abd al-Malik ibn Quraib al-Asmai (740-828 env.). En 1881, Müller devint professeur de philologie sémitique à l'université de Vienne. Il est particulièrement connu pour ses œuvres archéologiques, géographiques, épigraphiques et linguistiques sur l'Arabie du Sud et pour avoir dirigé l'expédition de la Kaiserliche Akademie der Wissenschaften (Académie impériale des sciences) dans la région en 1898‒1899. À travers ses propres travaux et ceux de ses étudiants (parmi lesquels Eduard Glaser, Maximilian Bittner, Rudolf Geyer et Nikolaus Rhodokanakis), Müller a profondément marqué de son empreinte les études sur l'Arabie du Sud. L'ouvrage présenté ici est le texte original en arabe, enrichi de la traduction allemande et des commentaires éditoriaux de Müller, concernant la partie Huit d'al-Iklīl (La couronne), histoire en 10 parties du Yémen préislamique par l'encyclopédiste et géographe yéménite Abu Muhammad al-Hasan ibn Ahmad al-Hamdani (893‒945 env.). Cette partie d'al-Iklīl porte sur les palais, châteaux, tombes et autres monuments anciens d'Arabie du Sud, en particulier ceux datant des Royaumes sabéen et himyarite. Les Sabéens, peuple d'Arabie du Sud durant la période préislamique, fondèrent le royaume de Saba, ou de Shéba comme évoqué dans la Bible. Le Royaume himyarite prospéra de l'an 110 avant J.–C. à l'an 525 après J.–C. Il fut d'abord païen, puis juif pendant plus d'un siècle, avant d'être renversé par l'Éthiopie chrétienne. Connu sous le pseudonyme de Lisān al-yaman (La langue du Yémen) et également d'Ibn al-Ha’ik selon certaines sources arabes, al-Hamdani fut l'auteur de nombreux autres ouvrages, y compris son ifat jazīrat al-ʻArab (Géographie de la péninsule arabique), dont Müller traduisit et publia également une édition. Seules les parties Huit et Dix d'al-Iklīl existent aujourd'hui. Les huit autres parties sont considérées perdues.

Dernière mise à jour : 29 avril 2016