Le Hedjaz dans la Guerre mondiale

Description

Le Hedjaz dans la Guerre mondiale est un récit par le général français Édouard Brémond sur le rôle de l'armée française dans la défaite des forces ottomanes face aux alliés britanniques, français et arabes. Brémond y décrit son rôle en tant que chef de la mission politique et militaire française au Hedjaz, dont l'objectif était de vaincre les Ottomans et de placer le chérif de La Mecque, Hussein ibn Ali (1853‒1931 env.), sur le trône du nouveau royaume du Hedjaz. Brémond fut affecté en Arabie en 1916, où il prit la tête d'une force composée de troupes africaines à majorité musulmane. Durant sa mission, il coordonna des opérations militaires avec l'armée et les forces aériennes britanniques, engagea des négociations avec les tribus et mena des opérations de maintien de la paix aux alentours des villes saintes de La Mecque et de Médine. Son récit est écrit à la troisième personne. Son témoignage s'accompagne de chronologies des événements militaires et diplomatiques dans le théâtre d'opérations en Arabie occidentale en 1916 et 1917, ainsi que de transcriptions de correspondances importantes avec ses homologues arabes et britanniques, et avec le ministère français de la Guerre à Paris. Brémond ne fait guère d'efforts pour dissimuler ses relations épineuses avec le ministère ou avec l'armée britannique, qu'il qualifie d'obstructionnistes à maintes reprises lors de la campagne. Selon lui, le commandement français à Paris n'accordait qu'une importance secondaire au théâtre d'opérations en Arabie par rapport à l'évolution de la guerre en Europe. Dans sa description des Britanniques, il oppose son propre traitement des troupes arabes et africaines à l'arrogance anglo-saxonne. Il se réfère en particulier à T.E. Lawrence (Lawrence d'Arabie, 1888-1935), affirmant que le capitaine Lawrence parlait des officiers et soldats musulmans en « termes peu flatteurs ». Il souligne que les soldats africains et musulmans engagés dans la force française avaient même accès au mess des officiers. Brémond tirait une grande fierté de déléguer la planification et l'exécution des opérations civiles et militaires aux officiers africains, dont certains avaient été formés par lui-même au cours de périodes de service antérieures, notamment au Maroc. Le livre apporte une multitude de détails sur les opérations militaires, de sécurité et de développement économique post-conflit, qui incluaient notamment la sécurisation du hadjdj (pèlerinage) en 1917, l'établissement d'une banque centrale, et l'application des restrictions concernant le brassage de la bière et les activités de prostitution à La Mecque. L'ouvrage relate des événements en Arabie et au Levant jusqu'en 1920, même si à cette date Édouard Brémond avait déjà quitté la région. Il contient cinq croquis cartographiques des théâtres d'opérations en Arabie occidentale, indiquant les frontières politiques, les voies de transport et les limites approximatives des territoires tribaux.

Dernière mise à jour : 29 avril 2016