Voyages en Arabie du Sud, au Mahra et en Hadramaout

Description

Reisen in Süd-Arabien, Mahra-Land Und Hadramut (Voyage en Arabie du Sud, au Mahra et en Hadramaout) relate le voyage de Leo Hirsch, arabiste allemand et érudit de l'Arabie du Sud, dans ce qui était à l'époque les sultanats de Qu'aiti (1858–1967 env.), de Kathiri (1400-1967 env.) et de Mahra (1549–1967) dans la région de l'Hadramaout (Yémen actuel). Hirsch arriva dans le protectorat d'Aden, administré par le gouvernement britannique, dès 1888. Ce livre gravite autour d'un voyage ultérieur qui l'emmena de Berlin à Aden en décembre 1892. Au cours des années suivantes, il fit différents voyages vers les villes côtières d'Ash Shihr, de Qishn et d'al-Mukalla, et vers des villes de la vallée de l'Hadramaout, telles que Shibam, Say'un et Tarim. Il est connu pour avoir été le premier Européen à pénétrer dans la vallée de l'Hadramaout, en 1893. Hirsch écrivit des chapitres distincts pour chaque voyage. Il y commente l'histoire et la politique locales, l'ethnographie, les lieux où il séjourna et les dialectes arabes indigènes. Pour assurer sa sécurité lors de son passage, il portait une tenue autochtone et demandait l'aide des souverains locaux, comme le prouve une lettre arabe qu'il reçut du jemadar (chef) Salah ibn Muhammad ibn Umar ibn Awad al-Qu'aiti pour « s'enquérir de votre situation ». La lettre constitue l'une des trois annexes du livre. Les deux autres annexes sont des « lignes d'écriture » du poète local Umar ibn Muhammad ibn Said Baatwa « pour notre ami Leo Hirsch, dirigeant des Allemands » et une liste de plantes qu'Hirsch recueillit lors de ses périples. Les sultanats de Qu'aiti, de Kathiri et de Mahra devinrent des protectorats britanniques au cours des XIXe et XXe siècles. En 1967, ils furent absorbés dans ce qui devint le Yémen du Sud communiste. Hirsch est aussi le traducteur de l'ouvrage Al-nahr al-fāʼiḍ fī ʻilm al-farāʼiḍ (Le fleuve en crue de la science de l'héritage et du patrimoine) de l'auteur yéménite ʻAbd al-Qadir ibn Muhammad al-Naqshbandi, également présenté sur le site de la Bibliothèque numérique mondiale.

Dernière mise à jour : 18 février 2016