Un pèlerin moderne à La Mecque

Description

Le commandant Arthur John Byng Wavell (1882-1916) fut officier militaire britannique, arabiste et membre de la Société royale de géographie. Né à Londres, il fit ses études au Winchester College et à Sandhurst. En 1900, il rejoignit le régiment gallois de la British Army et partit pour la colonie britannique d'Afrique du Sud, où il combattit dans la guerre des Boers. Il fut ensuite affecté au ministère britannique de la Guerre pour cartographier et étudier des possessions britanniques moins connues dans la région. Pour cela, il voyagea à travers le désert du Kalahari jusqu'aux chutes Victoria. En 1906, il quitta le service militaire, puis partit pour l'Afrique orientale britannique, où il acheta des terres à Nyali, maintenant devenue une banlieue de Mombasa, au Kenya. Il y exploita une plantation de sisal, apprit l'arabe et « eut l'idée de visiter la cité mahométane interdite de La Mecque déguisé ». Un pèlerin moderne à La Mecque relate le pèlerinage de Wavell vers des lieux saints musulmans dans l'actuelle Arabie saoudite, en 1908-1909. Voyageant avec un passeport turc et déguisé en Zanzibari sous le nom d'Ali bin Mohammed, Wavell quitta d'abord Londres pour Marseille, où il rencontra ses deux compagnons musulmans, un Zanzibari de Mombasa et un Syrien de Berlin. De Gênes, ils montèrent sur un navire à destination d'Alexandrie et de Beyrouth par la suite. De là, ils prirent le train vers Damas où ils séjournèrent durant un mois avant d'emprunter le chemin de fer du Hedjaz vers Médine. Une caravane de Médine les emmena vers la ville portuaire de Yanbou sur la mer Rouge, avant de prendre la direction de Djedda par voie maritime et de La Mecque par voie terrestre. Le livre commence par un prélude sur les antécédents de Wavell, rédigé par le commandant Leonard Darwin, président de la Société royale de géographie à cette époque. Une préface et une longue introduction viennent ensuite, toutes deux de Wavell, sur l'histoire et la géographie de l'Arabie et de l'islam. Le reste de l'ouvrage contient différentes parties qui abordent chaque étape du voyage, y compris des descriptions des villes visitées et des personnes rencontrées. Le livre se termine par une description des rituels du hadj (pèlerinage) et de la ville de La Mecque. Après ce hadj, Wavell voyagea beaucoup au Moyen-Orient. En 1914, il souleva, à Mombasa, une force d'environ 150 porteurs d'eau de rue arabes, dits les Fusiliers arabes ou « les Arabes de Wavell » pour défendre la ville contre les Allemands. Grâce à lui, la ville ne tomba pas entre les mains de l'ennemi. Toutefois, il fut gravement blessé durant la bataille. Deux ans plus tard, il tomba dans une embuscade et fut tué près du poste de Mwele lors d'une escarmouche avec les Allemands, alors que lui et ses hommes gardaient le chemin de fer de l'Ouganda. La deuxième édition du livre de Wavell est présentée ici, publiée à titre posthume en 1918.

Dernière mise à jour : 18 février 2016