Recueil de lois

Description

Ce manuscrit de Fuero Juzgo, extrait des collections de la Bibliothèque nationale de Suède, date de 1300 environ. Il constitue un des exemplaires les plus anciens encore existants de ce texte en castillan. Le Fuero Juzgo (« Recueil de lois ») était, en principe, une traduction du code juridique wisigothique, Liber Iudiciorum, ou Lex Visigothorum, de 654, qui fut d'abord appliqué, après la Reconquista, comme droit local dans les régions reconquises. Il fut promulgué par le roi Ferdinand III de Castille, en 1241, et utilisé jusqu'à la fin du XIXe siècle, lorsqu'il fut remplacé par le code civil espagnol. Les Wisigoths eurent une longue et importante histoire de législateurs, pour toutes les régions qu'ils influencèrent. Le fondement de leur droit écrit fut le droit romain, mais le droit wisigothique fut également fortement influencé par le droit canonique de l'Église catholique romaine. Même durant les siècles de domination musulmane, les chrétiens furent autorisés à utiliser le droit wisigothique, tant qu'il ne contrevenait pas au droit musulman. Le manuscrit de Stockholm a été exécuté sur papier et contient 169 feuilles. Il est orné de deux miniatures, l'une montrant le roi wisigoth Sisenand (règne : 631‒636) en législateur, et l'autre illustrant un cas de violation du droit d'asile. Le manuscrit fut acheté à Madrid, en 1690, par le philologue, linguiste et diplomate suédois Johan Gabriel Sparwenfeld (1655‒1727). Il appartint avant cela à l'homme d'État espagnol Conde-Duque de Olivares (1587‒1645). Sparwenfeld fut chargé par le roi de Suède d'acquérir, dans des pays étrangers, des vestiges de l'époque des Goths, considérés comme les ancêtres des Suédois. Ses dépenses n'ayant pas été remboursées, Sparwenfeld conserva les livres qu'il avait acquis. En 1705, il en fit don à la Bibliothèque royale (Bibliothèque nationale de Suède) et à la Bibliothèque de l'université d'Uppsala.

Dernière mise à jour : 23 mars 2017