Bible en vieux suédois avec commentaires

Description

Ce manuscrit contient une version abrégée en vieux suédois du Pentateuque. Il est accompagné de trois courts traités et des livres de Josué, des Juges, de Judith, d'Esther, de Ruth, des Maccabées et de la Révélation. La traduction, ou paraphrase, du Pentateuque (dans le sens moderne du terme, la traduction n'est apparue que de façon marginale au Moyen Âge) remonte au début du XIIIe siècle. L'auteur de la paraphrase est inconnu. Les trois traités historiques et philosophiques accompagnant le manuscrit ont été écrits par saint Augustin et saint Thomas d'Aquin. À l'instar des textes bibliques, il s'agit de paraphrases relativement libres de leurs textes originaux en latin. Les autres livres de l'Ancien Testament contenus dans le manuscrit ont été traduits à la fin du XIVe siècle (vers 1500) : les livres de Josué et des Juges, par Nicolaus Ragvaldi (mort en 1514), confesseur général du monastère de Vadstena, en Suède, les livres d'Esther, de Judith et des Maccabées, par Jöns Budde (entre 1437 et 1491), moine au monastère des Brigittines, à Nådendal, en Finlande. Le traducteur du livre de la Révélation est inconnu. Ce manuscrit constitue la première traduction en suédois de la Bible ou d'une grande partie de la Bible. Selon le colophon, il fut exécuté pour Ingegärd, nonne au monastère de Vadstena et fille de Torsten Bowastason. La mère d'Ingegärd fit don du parchemin et une nonne anonyme de Vadstena en fut le scribe. Elle demanda dans le colophon que les lecteurs du parchemin se souviennent d'elle dans leurs prières. Le manuscrit comporte deux gravures sur bois colorées à la main, dont l'une, attribuée à l'artiste allemand Hans Sebald Beham (1500‒1550) ou à son école, est la seule copie connue de cette estampe. Il resta en la possession du monastère des Brigittines, à Vadstena, et fut acquis par la Bibliothèque royale (Bibliothèque nationale de Suède) en 1780.

Dernière mise à jour : 16 mai 2017