Flora Arabica, troisième partie. Archives du relevé botanique de l'Inde, volume VIII, numéro 3

Description

Flora Arabica (Flore d'Arabie) est un catalogue botanique des plantes présentes en Arabie. L'ouvrage comporte six volumes couvrant l'ensemble de la péninsule arabique : l'ouest extratropical, l'ouest tropical, l'est tropical et l'est extratropical, y compris la région du golfe Persique. Le catalogue, œuvre du père Ethelbert Blatter, est largement issu des herbiers du British Museum, qui contiennent eux-mêmes les archives d'autres collections. L'auteur affirme que l'ouvrage Flora Arabica contient « toutes les matières végétales collectées jusqu'ici en Arabie ». L'intérêt de l'ouvrage réside dans l'indication des noms des plantes en arabe et en persan, dont les variantes de dialectes régionaux. L'ouvrage Flora Arabica d'Ethelbert Blatter a occupé une place de choix dans les livres de référence sur les plantes d'Arabie jusqu'à la fin du XXe siècle. Le prêtre jésuite suisse Ethelbert Blatter (1877‒1934) fut un pionnier de la botanique en Inde. Il quitta son pays d'origine pour étudier en Allemagne et aux Pays-Bas, puis plus tard en Angleterre pour y suivre des études théologiques. En 1903, il s'installa à Bombay (aujourd'hui Mumbai), en Inde, pour enseigner au collège Saint-Xavier et s'engagea dans les recherches botaniques et les publications qui vont occuper tout le reste de sa vie. Bien que ses principales contributions concernent l'Inde britannique, ses livres relatifs aux plantes d'Aden et d'Arabie constituent également des participations importantes à la littérature botanique. Flora Arabica contient le volume VIII des Archives du relevé botanique de l'Inde (également appelé le Relevé). Le relevé botanique de l'Inde (Botanical Survey of India, ou BSI) a été effectué en 1890 avec pour objectif d'identifier les plantes présentes en Inde et leur valeur économique. L'intérêt des Européens pour la flore indienne remonte aux origines de l'exploration et de l'expansion coloniale. Dès le XVIe siècle, les Portugais, les Néerlandais et les Britanniques collectaient et étudiaient les plantes natives. Avec l'extension des territoires contrôlés par la Compagnie britannique des Indes orientales, l'étude de la vie végétale se développa au nord et au nord-ouest du sous-continent Indien. L'expansion économique et impériale étendit les relevés au-delà des frontières de l'Inde britannique, au Myanmar (Birmanie) et à la péninsule arabique.

Date de création

Date du sujet

Informations d'édition

Imprimerie gouvernementale, Kolkata

Titre dans la langue d'origine

Flora Arabica, Part III. Records of the Botanical Survey of India, Volume VIII, Number 3

Type d'élément

Description matérielle

81 pages : carte ; 24 centimètres

Références

  1. A.G. Miller and T.A. Cope, Flora of the Arabian Peninsula and Socotra (Edinburgh: Edinburgh University Press, 1996).
  2. Agustin Udias, Jesuit Contribution to Science: A History (Heidelberg: Springer, 2015).

Initiative IIIF pour l’interopérabilité des images Aide

Dernière mise à jour : 21 avril 2017