L'Arabie heureuse, souvenirs de voyages en Afrique et en Asie

Description

L'Arabie heureuse, souvenirs de voyages en Afrique et en Asie se veut le récit des aventures en Arabie de l'auteur, Louis Du Couret (1812–1867). Celui–ci aurait été un aventurier français qui se convertit à l'islam et prit le nom d'Hajji 'Abd al-Hamid. Muhammad 'Ali, souverain d'Égypte, lui octroya le grade militaire de bey (équivalent de colonel). Les détails de sa vie et l'authenticité de ses livres de voyage sont aujourd'hui mis en doute. La vie d'aventure et de découverte qu'il raconte dans ses écrits est considérée comme une invention, probablement du fameux auteur français Alexandre Dumas (1802–1870), à qui l'on attribut l'édition de cette publication. L'Arabie heureuse narre les périples de l'auteur dans la mer Rouge, au sud de Djedda dans les années 1840. Son aventure éprouvante est remplie d'épisodes de tempête en mer, de pirates et du charme des voyages dans le désert. La narration, très rythmée, inclut des personnages d'un exotisme oriental. L'auteur raconte : « Je suis devenu arabe. Je ne voyage pas pour les affaires, mais par curiosité et pour mon plaisir ». La majeure partie de cet ouvrage en trois volumes est consacrée à son séjour dans la ville côtière d'Abou Arish, aujourd'hui en Arabie saoudite, où il conseilla le chérif (chef local) sur les avantages de l'architecture militaire européenne et un jeune autochtone sur sa vie amoureuse. Dans son ouvrage Voyageurs et écrivains français en Égypte, le critique littéraire français Jean–Marie Carré attribut catégoriquement l'ensemble de l'œuvre à Dumas. Dans une scène reflétant le propre héritage métis de Dumas, Du Couret raconte le sort malheureux d'une fille créole de la Réunion, qui est vendue au sultan d'Oman. Dumas est célèbre pour son entreprenariat littéraire. À une époque où de nombreux romans étaient produits en série avant d'être publiés sous forme de livre, l'auteur, ici 'Abd al-Hamid Bey, laisse un récit inachevé, obligeant le lecteur à acheter le prochain numéro pour connaître la fin de l'histoire. Des érudits modernes soutinrent formellement que Du Couret n'avait jamais existé et qu'il était purement le fruit de l'imagination d'Alexandre Dumas. Celui–ci publia un autre livre soi–disant de Du Couret, Les Mystères du Désert, publié en anglais sous le titre Life in the Desert, or, Recollections of Travel in Asia and Africa (La vie dans le désert, ou souvenirs d'un voyage en Asie et en Afrique), lui aussi vraisemblablement une supercherie littéraire.

Date de création

Informations d'édition

Michel Lévy, Paris

Type d'élément

Description matérielle

3 volumes ; 19 centimètres

Références

  1. Jean-Marie Carré, Voyageurs et écrivains français en Égypte (Cairo, Institut français d’archéologie orientale, 1956).
  2. Bernard Franco, “Introduction de l'Arabie heureuse au bonheur en Arabie,” in Revue de la littérature comparee 1, number 333 (2010).

Initiative IIIF pour l’interopérabilité des images Aide

Dernière mise à jour : 29 octobre 2015