Nouvelle carte physique, politique, industrielle et commerciale de l'Amérique centrale et des Antilles, avec un plan spécial des possessions de la Compagnie belge de colonisation dans l’Amérique centrale, État de Guatemala

Description

Contrairement à la Grande-Bretagne, à la France, à l'Espagne, aux Pays-Bas et au Danemark, la Belgique n'a jamais eu de possessions coloniales aux Amériques. Elle nourrissait néanmoins quelques ambitions coloniales, comme en témoigne cette carte. À la suite de la dissolution des Provinces-Unies d'Amérique centrale durant la guerre civile de 1838-1840, le caudillo, Rafael Carrera accéda au pouvoir au Guatemala. La Belgique devint alors une source d'aide extérieure importante pour le nouveau régime qui avait du mal à assurer sa position d’État indépendant. La Compagnie belge de colonisation, établie sous le patronage du roi des Belges Léopold Ier, devint l'administrateur de Santo-Thomas, remplaçant la Compagnie commerciale et agricole de la côte est de l'Amérique centrale, une compagnie britannique qui avait fait faillite. La compagnie belge publia probablement cette carte non datée au milieu des années 1840. Dessinée par le cartographe Nicolas Dally, elle fournit des encadrés détaillés de Santo-Thomas et de la ville de Guatemala. Cette carte proclame fièrement que la Belgique fait partie des nations qui ont une influence en Amérique centrale et aux Caraïbes au milieu du XIXe siècle.

Cartographe

Date de création

Date du sujet

Informations d'édition

Compagnie belge de colonisation

Titre dans la langue d'origine

Nouvelle Carte Physique, Politique, Industrielle & Commerciale de l'Amérique Centrale et des Antilles, avec un plan spécial des possessions de la Compagnie belge de colonisation dans l'Amérique Centrale, État de Guatemala

Mots-clés supplémentaires

Type d'élément

Description matérielle

1 carte coloriée à la main ; 102 x 146 cm

Notes

  • Échelle 1:4 000 000

Initiative IIIF pour l’interopérabilité des images Aide

Dernière mise à jour : 29 septembre 2014