Recueil de remèdes médicaux bien éprouvés

Description

Le genre mujarrabat consiste en recueils d'études de cas médicaux, comprenant des remèdes dont l'utilité a été éprouvée dans le traitement des affections répertoriées. Les manuels thérapeutiques de ce type ne décrivent pas la nature et la cause des maladies en soi, mais se concentrent plutôt sur les symptômes et les remèdes, reflétant peut-être la nature de cet ouvrage comme un manuel de référence pour le clinicien. Selon l'introduction de Jirāb al-mujarrabāt (Recueil de remèdes médicaux bien éprouvés), l'ouvrage est une compilation d'études de cas relatés par Abu Bakr Mohammad Ibn Zakariya al-Razi (mort en 925 env.), comme attesté et commenté par un disciple anonyme. Né dans la ville de Ray (près de l'actuelle Téhéran), Razi est reconnu comme l'un des plus brillants intellectuels du monde islamique médiéval. Parmi son extraordinaire production intellectuelle (plus de 150 titres sur tous les sujets scientifiques de son époque), on trouve l’un des premiers exemplaires du genre mujarrabbat encore existant : le Kitāb al-Tajārib (Livre des expériences). Jirāb al-mujarrabāt présente un ensemble d’études de cas différentes de celles de Kitāb al-Tajārib, mais partage la structure organisationnelle des ouvrages de Razi, dans lesquels les maladies des parties supérieures du corps humain (comme la tête) précèdent les affections touchant les parties inférieures (comme l’abdomen). Les dix derniers des 31 chapitres de Jirāb al-mujarrabāt se distinguent de cette organisation pour présenter des sujets généraux, comme par exemple fī aujā‘ al-mafāsil wa niqris (douleurs articulaires et goutte) dans le chapitre 22. Le manuscrit contient un grand nombre d’erreurs de transcription, suggérant que le scribe ne parlait pas l’arabe couramment, ou copiait peut-être un texte qu’il ne savait pas lire. Le scribe conclut le livre avec une courte phrase en persan : tamām shud ([la transcription] est terminée).

Dernière mise à jour : 29 décembre 2015