Mémorial des calligraphes

Description

Taz̲kirat al-khaṭṭāṭīn (Mémorial des calligraphes) est un livre de versets sous forme de mathnawi. Utilisé dans plusieurs grands ouvrages de la littérature persane, ce type de poésie est basé sur un modèle de couplets rimant individuellement. L'auteur, Muhammad Idris Khvajah Raji Bukhari (mort en 1919 ou 1920), fut une figure littéraire dans la ville légendaire de Boukhara (dans l'actuel Ouzbékistan), capitale de l'émirat de Boukhara. Comme laisse à penser le titre du livre, l'ouvrage appartient au genre tazkira (mémorial). Raji Bukhari y cite les noms des calligraphes de Boukhara de son temps, avec de brefs récits sur leur vie et leur travail. Ces biographies résumées sont précédées d'une longue description insolite de l'art de la calligraphie proprement dite, ainsi que des formes et des proportions variées de l'alphabet persan. Raji Bukhari conclut son ouvrage par une liste de courtes références aux diverses branches de la connaissance, comprenant la logique et la grammaire. Le manuscrit, en écriture nastaliq, fut reproduit en 1908‒1909, peut-être en Afghanistan. Le scribe, Katib Kuchak Bukhari, précise que son texte est basé sur le divan (ou recueil d'ouvrages) de Raji Bukhari. Boukhara passa aux mains de l'Empire russe durant la seconde moitié du XIXe siècle. En 1920, suite à la révolution russe de 1917, l'émirat fut déclaré République populaire soviétique de Boukhara. Boukhara fut par la suite intégré à la République socialiste soviétique d'Ouzbékistan.

Dernière mise à jour : 30 septembre 2016