Mémoires d'un voyageur : au sujet de l'histoire du peuple tadjik, de la révolution d'octobre et de la fondation de la République du Tadjikistan

Description

Yāddāsht-i yak musāfir (Mémoires d'un voyageur) est un récit portant sur l'histoire politique et sociale du Tadjikistan au début du XXe siècle, écrit d'un point de vue prorusse et prosoviétique. L'auteur, Fazl Ahmad Afghan, déclare vouloir quitter l'Afghanistan pour le Tadjikistan voisin à l'approche du changement de siècle et révèle ses observations sur le progrès remarquable effectué par le peuple tadjik au cours des décennies suivantes. Il débute son histoire par l'émirat de Boukhara (dans l'actuel Ouzbékistan) à la veille de son annexion par l'Empire russe dans les années 1860 et 1870. L'auteur insiste sur le caractère rétrograde de cette politique (mettant spécialement l'accent sur la nature licencieuse du clergé) et la situation désespérée de ceux vivant à l'intérieur de ses frontières. L'annexion par la Russie apporte quelques améliorations, notamment le télégraphe, le service postal et d'autres symboles de progrès, mais ces changements ne profitent qu'à la classe dirigeante, laissant la classe ouvrière dépérir comme auparavant. La majeure partie du livre constitue un récit élogieux (et partial) du progrès accompli suite à la révolution russe et à la fondation de la République socialiste soviétique du Tadjikistan. Selon l'auteur, les domaines de progrès comprennent l'amélioration des soins de santé et de l'éducation, l'égalité des femmes et un système de contrôle équitable sur la production agricole et industrielle par la classe ouvrière. La République tadjike fut initialement formée comme une entité au sein de la République socialiste soviétique d'Ouzbékistan au début de son histoire, ce qui constitue l'une de ses caractéristiques notables. Lors de sa rédaction au milieu des années 1930, l'auteur y aborde la sécession de la République tadjike de la République ouzbek survenue en 1929, mais comme n'étant pas totalement mise en application. Plusieurs des illustrations du livre représentent des édifices publics censés servir à la classe ouvrière dans la période postrévolutionnaire. La partie sur la période de la domination impériale russe inclut une illustration de révolutionnaires tadjiks condamnés à la peine de mort pour leurs activités séditieuses, alors que la partie sur l'hégémonie de l'émirat de Boukhara contient une illustration d'une victime de torture anonyme et fictive. Le dernier chapitre traite de l'histoire de l'Afghanistan contemporain, mais pratiquement l'ensemble du texte de cette partie a disparu. La partie finale encore existante du livre est une condamnation du capitalisme britannique et de son exploitation de l'Égypte, de l'Iran et de l'Afghanistan. Elle présente également l'idée d'affranchir ces pays de l'influence étrangère afin qu'ils bénéficient des progrès effectués par la République socialiste soviétique d'Ouzbékistan.

Date de création

Date du sujet

Informations d'édition

Faz̤l Aḥmad Afghān, Afghanistan

Langue

Titre dans la langue d'origine

يادداشت يک مسافر : در‌بارۀ سر‌گذشت مردم تاجيک، انقلاب اوکتابر، و جمهوريت تاجيکستان

Type d'élément

Description matérielle

71 pages : illustrations ; 22 centimètres

Initiative IIIF pour l’interopérabilité des images Aide

Dernière mise à jour : 30 septembre 2016