Progrès de la ligne de chemin de fer russe en Asie centrale : notes d'un voyage de Saint–Pétersbourg à Samarcande

Description

George Dobson (1850–1938), correspondant en Russie pour le Times de Londres pendant plus de 25 ans, devint le premier Anglais, au printemps 1888, à se rendre à Samarcande via la nouvelle ligne de chemin de fer d'Asie centrale. Il raconta son périple dans une série de longues lettres publiées dans le Times durant l'automne de la même année. Progrès de la ligne de chemin de fer russe en Asie centrale : notes d'un voyage de Saint–Pétersbourg à Samarcande contient les textes de ces lettres, dans une version développée et révisée, avec du nouveau contenu. Dobson mêle le récit de son voyage aux descriptions détaillées des villes et cités situées le long de la ligne, et à un exposé du terrain et du climat, de l'histoire et des peuples de la région, ainsi que des objectifs et des politiques russes. Le chapitre de conclusion fournit des détails très intéressants sur la ligne de chemin de fer, prouesse d'ingénierie impliquant le transport massif de matériaux de construction à travers la mer Caspienne par bateau à vapeur, leur transport terrestre par chameau, et les obstacles à franchir, notamment les barrières linguistiques et les difficultés de communication avec les travailleurs recrutés localement, le climat chaud, les maladies affectant la main d'œuvre, les travailleurs mourant d'insolation et de soif, les vents violents et les amoncellements de sable, et la menace des attaques de maraudeurs sur les équipes de construction. Ce chapitre inclut également de nombreuses informations sur les coûts de construction de la ligne et leur financement. Le livre contient trois cartes, dans le premier quart de l'ouvrage, des photographies et une annexe indiquant les différents itinéraires ferroviaires vers Samarcande depuis Saint–Pétersbourg et d'autres villes russes et européennes, telles que Paris, Cologne et Berlin. Le trajet le plus rapide de Paris à Samarcande consistait à prendre le train jusqu'à Odessa, via Vienne, le bateau à vapeur à travers la mer Noire, d'Odessa à Batoumi, puis à nouveau le train de Batoumi à Bakou et enfin jusqu'à Samarcande. Il s'agissait d'un voyage de 10 jours, 10 heures et 9 minutes, mais d'autres itinéraires prenaient jusqu'à 13 jours pour arriver à destination.

Date de création

Date du sujet

Informations d'édition

W. H. Allen & Company, Londres

Langue

Titre dans la langue d'origine

Russia's railway advance into Central Asia: notes of a journey from St. Petersburg to Samarkand

Type d'élément

Description matérielle

439 pages : cartes ; 20 centimètres

Initiative IIIF pour l’interopérabilité des images Aide

Dernière mise à jour : 30 septembre 2016