Histoire naturelle des Indes occidentales

Description

Louis Nicolas (actif de 1667 à 1775), jésuite français, fut envoyé au Canada en 1664 comme missionnaire, où il demeura jusqu'en 1675. Il voyagea beaucoup et développa un vif intérêt pour les peuples, les langues, la flore et la faune en Nouvelle-France. Il écrivit trois œuvres majeures, dont aucune ne fut publiée de son vivant, mais qui survécurent sous forme manuscrite: Histoire naturelle ou la fidèle recherche de tout ce qu'il y a de rare dans les Indes occidentales, également connue sous le titre Histoire naturelle des Indes occidentales, le manuscrit pictural appelé Codex canadensis et Grammaire algonquine ou des sauvages de l'Amérique du Nord. L'histoire naturelle, présentée ici, représente selon son auteur plus de « 20 ans de travail assidu ». Les 12 livres qu'elle contient décrivent, avec autant de qualité que de profondeur, la faune et la flore « d'une terre presque infinie » qui s'étend de la terre des Esquimaux à celle des Sioux. Selon les remarques liminaires sur sa grammaire algonquine, Nicolas conçut l'histoire naturelle dans le cadre des grand travaux sur la Nouvelle-France, portant sur la langue, la topographie du Nouveau Monde, y compris une histoire naturelle de la vie végétale et animale, la politique, les coutumes et la religion des autochtones. Nicolas retourna en France en 1675 et quitta l'ordre des jésuites en décembre 1678, tout en demeurant prêtre. On ne sait rien de la vie qu'il mena par la suite, ni la date, ni le lieu de sa mort.

Dernière mise à jour : 29 janvier 2016