Plan du village des sauvages outaouais, au détroit Erié, 1732

Description

Détroit fut fondée en 1701 par un marchand français, Antoine Laumet de Lamothe Cadillac, qui fit construire un fort sur la rivière Détroit et le nomma Fort Pontchartrain du Détroit en l'honneur de Louis Phélypeaux, comte de Pontchartrain, ministre de la Marine française. Les Britanniques adoptèrent la version plus courte du nom et appelèrent la ville Detroit. Le Fort Pontchartrain était situé près de trois villages amérindiens, notamment le village outaouais représenté ici. Le plan montre le quadrillage formé par les maisons communales, appelées wigwams. Dans la partie supérieure de la carte, deux maisons sont dessinées de profil et une note indique : « Trois et quatre feux dans chaque cabane, et deux et trois familles à chaque feu ». L'échelle est fournie en toises, ancienne unité de mesure française, où une toise correspond à 1,95 mètre environ. À l'origine, lorsque les Européens arrivèrent en Amérique du Nord, les Outaouais (du mot natif signifiant « faire commerce », également Odawa) vivaient le long de la rivière des Outaouais, dans l'est de l'Ontario et l'ouest du Québec. Selon Samuel de Champlain, il les rencontra dès 1615. Ils s'installèrent par la suite dans des régions des actuels États d'Ohio et du Michigan. Les Outaouais jouèrent un rôle important dans le commerce des fourrures avec les Français. Ils étaient généralement alliés des Hurons et ennemis des Iroquois. Pour désigner le peuple d'Amérique du Nord, Champlain utilisa le mot « sauvages », qui ici voulait dire « habitants de la forêt » (du latin silva).

Dernière mise à jour : 4 novembre 2015